RMC Sport

Kevin Mayer explique sa fureur face aux propos de Patrick Montel sur le dopage

Kevin Mayer était l’invité exceptionnel du Super Moscato Show ce mardi, pour s’expliquer sur sa vive réaction aux propos polémiques du journaliste Patrick Montel concernant le dopage.

Les propos polémiques de Patrick Montel ont touché le coeur de sa famille, l’athlétisme. Et de son plus bel ambassadeur, Kevin Mayer. Le décathlonien, recordman du monde de sa discipline, était l’invité du Super Moscato Show mardi. L’occasion lui a été donnée de préciser sa pensée après son coup de gueule assassin en réaction aux propos polémiques du journaliste de France Télévisions qui, dans une vidéo d’un gros quart d’heure, tentait d’absoudre Clémence Calvin.

La vice-championne d’Europe du marathon est dans la tourmente après avoir refusé de se prêter à un contrôle antidopage inopiné. Et Montel d’ajouter à la fin de son Facebook Live qu’après tout, "une grande partie des athlètes" étaient dopés. Furieux, Kevin Mayer avait alors pris le temps de répondre au journaliste qu'il a accusé de profiter de sa notoriété pour "discréditer une grande partie des athlètes".

>> Les podcasts du Super Moscato Show

"Je me suis senti atteint personnellement"

"Je me suis exprimé sur Patrick Montel. Si c’était une personne lambda qui s’était exprimé, je n’aurais jamais tweeté ça, a expliqué Kevin Mayer sur RMC. Mon problème, c’est qu’il est commentateur sportif, le plus connu en athlétisme. On n’a pas le droit de donner son avis de façon aussi légère. A un moment donné, il m’a quand même visé personnellement en disant qu’il n’y aurait pas de records du monde s’il n’y avait pas de dopés. Je me suis senti atteint personnellement."

"Tout le monde a pris ça comme une mise à mort mais j’avais besoin de m’exprimer là-dessus, a repris le décathlonien français. Il y a du vrai, il n’a pas tort sur tout. Le dopage est un énorme problème et il ne faut pas dire qu’il n’y en a pas en France, ce n’est pas vrai. Mais de là à dire que le dopage serait normal et que le problème ce sont les personnes qui se font choper. Mais pour un mec qui bosse six heures par jours pour battre des records, je vous avoue que j’étais fou."

RMC Sport