RMC Sport

Mayer : "On va lâcher la bête"

-

- - -

En cette saison olympique, Inside Rio sur RMC vous plonge dans les coulisses de la préparation de Yannick Agnel, Clarisse Agbegnenou, Kevin Mayer et Tony Parker. Le décathlonien était l’invité de l’Intégrale Sport ce dimanche et assure que sa blessure au talon est désormais derrière lui.

Kevin Mayer, où en est votre blessure au talon ?

Je ne sens plus rien. Tout reprend normalement. La douleur est passée par paliers. D’un seul coup, jeudi, je n’ai plus senti de douleurs. J’ai remis les pointes vendredi et honnêtement, je ne sens plus rien. C’est vraiment top.

Craignez-vous une rechute ?

C’était juste un coup. A partir du moment où ça ne fait plus mal, ça ne peut plus me gêner normalement. La seule crainte que j’avais, à la limite, c’était de refaire des haies. C’est là-dessus que je suis tombé. J’en ai refait samedi. Il n’y a eu aucune appréhension, c’était parfait.

Qu’avez fait pendant la blessure ?

Quand on court vite, en général on ne pose pas le talon. C’était les pointes qui me faisaient mal. Je courrais donc pieds nus sur l’herbe. Je n’ai pas perdu une seconde de préparation. J’ai pu faire plein de séances de fond, de sprint sur l’herbe, de technique de course. Je n’ai pris aucun retard.

Votre forfait aux Mondiaux en salle de Portland (17 au 20 mars) a-t-il été difficile à encaisser ?

J’adore les grands championnats donc c’était une déception. Mais ce n’étais pas non plus l’objectif de l’année. C’était pour me préparer aux JO. Ce n’est pas trop important. J’ai pu récupérer de ma grosse préparation hivernale pour repartir le mieux possible pour la saison estivale.

"De la marge pour les minima"

Avez-vous hâte de reprendre l’entraînement à 100% ?

J’ai un week-end de repos. Quand on est blessé, on a tendance à aller en manipulation chaque jour. Je n’ai pas pris de repos depuis trois semaines, un mois. Les deux jours sans rien faire vont faire énormément de bien pour reprendre l’entraînement en forme, pour aller chercher une intensité un peu plus grande. Ça va être un niveau d’entraînement classique dès mardi. On va lâcher la bête. Ça fait longtemps. Depuis les championnats de France où j’ai fait deux records, je n’attends qu’une chose, pouvoir m’exprimer. Ça va faire du bien de pouvoir être à fond. Votre premier décathlon de la saison est prévu à Florence dans un mois.

L’objectif sera de réaliser les minima pour Rio ?

Normalement, j’ai de la marge pour les minima. Je vais plutôt aller là-bas pour faire des réglages. Je pourrai me préparer uniquement pour les Jeux et n’avoir que cette compétition en tête.

la rédaction