RMC Sport

GP de Grande-Bretagne : C’était King Lewis !

GP de Grande-Bretagne : l'émotion de Lewis Hamilton

GP de Grande-Bretagne : l'émotion de Lewis Hamilton - -

Aidé par l’abandon de Nico Rosberg, son rival et équipier chez Mercedes, Lewis Hamilton a remporté chez lui un Grand Prix de Grande-Bretagne riche en émotions, ce dimanche à Silverstone.

Hamilton enflamme Silverstone

Qui a dit que le fair-play appartenait aux valeurs britanniques ? Ce dimanche, le public de Silverstone l’a mis bien au fond de sa poche lorsqu’il explosa de joie après la sortie de piste de Nico Rosberg au 30e tour du Grand Prix de Grande-Bretagne. Victime d’un problème de boîte de vitesse, l’Allemand a bien essayé de redémarrer sa Mercedes, immobilisée sur le gazon. En vain. Contraint à l’abandon, le seul rival de Lewis Hamilton laissait filer son équipier vers une victoire tranquille (plus de 30 secondes d’avance sur Valterri Bottas, deuxième). De quoi savourer pour celui qui évoluait devant ses fans. « J'ai senti un soutien incroyable de la part du public, raconte le Britannique. Au début, Nico (Rosberg) avait creusé un bel écart. A la fin je suis revenu, je gagnais près d'une seconde au tour avec les pneus durs, c'était incroyable. » Il ne s’agit pas d’une première pour Hamilton. Le champion du monde 2008 s’est déjà imposé à Silverstone en… 2008. Un signe ? Ce cinquième succès de la saison, le 27e de sa carrière, lui permet de revenir à quatre points de son rival au championnat du monde des pilotes.

La sensation Bottas

Parti en 14e position, Valtteri Bottas a donc terminé ce Grand Prix sur la deuxième marche du podium. Certes à une demi-minute de Lewis Hamitlon mais avec une quinzaine de secondes d’avance sur Daniel Ricciardo (Red Bull). Troisième en Autriche, le pilote Williams signe un deuxième podium de rang et confirme son talent au plus haut niveau. « Vous voyez à quel point la voiture est rapide, a-t-il déclaré après la course. C’était un plaisir de la piloter. Les Mercedes sont encore devant. L’objectif était d’aller chercher la meilleure place possible. La voiture m’en a donné la possibilité. »

Räikkönen-Massa, le crash

On n’avait pas encore bouclé le premier tour. Après un écart, Kimi Räikkönen tente de revenir sur la piste mais, perdant le contrôle de sa Ferrari, il percute violemment la Williams de Felipe Massa. Le choc est énorme. L’image terrible. Abandon des deux pilotes. On craint le pire. Le Finlandais s’en sort finalement sans fracture avec un choc à la cheville gauche. Cet accident nécessitera une heure d’interruption, le temps de réparer une barrière de sécurité, et un deuxième départ sous safety car.

-
- © -

Vettel-Alonso, duel sous haute tension

Si Hamilton n’a pas eu à se battre pour gagner cette course, le public a assisté à une bagarre terrible pour la cinquième place entre deux champions du monde. « Chassé » avant d’être dépassé, Fernando Alonso a provoqué la colère de Sebastian Vettel avant d’être à son tour furieux après le dépassement de l’Allemand. Dans la radio il a ainsi hurlé que Vettel n’avait pas utilisé son DRS (aileron arrière ajustable) dans les règles. Un coup de chaud sans suite puisque le pilote Ferrari était beaucoup plus calme à l’arrivée. « De toute façon, s’il ne m’avait pas doublé à cet endroit, il l’aurait fait au tour suivant », a-t-il expliqué, beau joueur. Au final, Sebastian Vettel a terminé en cinquième position, juste devant Fernando Alonso.

Vergne dans les points

« Dixième, ce n’est pas le meilleur résultat mais c’est dans les points et c’est ce que je pouvais espérer de mieux. » Jean-Eric Vergne, premier pilote français devant Romain Grosjean (12e) et Jules Bianchi (14e), était heureux de récolter un point (son 9e de la saison) à l’issue de Grand Prix de Grande-Bretagne. « C’était une très bonne course, a commenté le pilote Toro Rosso. J’ai réussi à doubler toutes les voitures qui étaient devant moi en début de course. J’ai attaqué fort et ça a payé à la fin. »

dossier :

Lewis Hamilton

AB avec AA à Silverstone