RMC Sport

Grand Prix du Canada: Vettel laisse la victoire à Hamilton à cause d'une pénalité sévère

-

- - ICON

Lewis Hamilton s'est adjugé la victoire lors du Grand Prix du Canada, 7e manche du championnat du monde de F1, ce dimanche à Montréal. Mais le pilote Mercedes a bénéficié d'une pénalité de 5 secondes infligée à Sebastian Vettel (Ferrari) pour s'imposer. Charles Leclerc complète le podium.

On s’ennuyait ferme au Grand Prix du Canada... Parti en pole position, Sebastian Vettel contrôlait Lewis Hamilton. Mais une erreur de l'Allemand dans une chicane au 51e tour et un retour sur piste jugé dangereux par les commissaires de course ont coûté une pénalité de 5 secondes au quadruple champion du monde. Lewis Hamilton, qui pointait à 2’’ de la Ferrari, n’en demandait pas tant. Devant Charles Leclerc, 3e, le champion du monde en titre n’avait plus qu’à gérer son rival pour s’adjuger l’une de ses victoires les plus étranges de sa carrière ce dimanche à Montréal.

L'erreur de Vettel

Difficile de prévoir ce tournant jusqu’à cette erreur de Vettel. Les deux champions avaient commis quelques boulettes mais pas de quoi se lever de son fauteuil. C’est donc sur ce retour en piste et cet accrochage évité de justesse avec la Flèche d'argent que s’est jouée la course. "Je n’avais nulle part où aller" s’énerve alors Vettel, furieux au volant. "Reste concentré", lui répond sa direction.

Vettel pénalisé et furieux

La suite est terrible pour l’Allemand qui passe la ligne d’arrivée en tête mais ne remporte donc pas son premier GP depuis sa victoire en Belgique, à Spa, au mois d’août 2018. Et Hamilton, dans sa roue, de consolider son leadership au championnat du monde des pilotes. "Pas comme ça, s'exclame Vettel. Il faut être aveugle pour voir que j’avais nulle part où aller! J’étais dans l’herbe! Ce n’est pas juste!"

Un après Grand Prix digne d'un film d'Hollywood

La course terminée, le gagnant malheureux continue d’attirer tous les regards. Il quitte sa monoplace, zappe les interviews, le début du protocole pour le podium. Le casque toujours sur la tête. Il va se changer puis ressort. Sans casque. Le pas est toujours déterminé, le visage fermé. Sous les acclamations du public, il intervertit les panneaux 1er et 2e installés devant les trois premières monoplaces (sa Ferrari n’étant pas là). Un geste symbolique très fort avant ses retrouvailles, froides, avec Hamilton, forcément gêné.

Le beau geste d'Hamilton

"Où j’étais supposer me mettre?" lâche Vettel. "Je sais, c’est dur" lui répond timidement Hamilton avant un silence pesant. De la tension mais pas de rancœur entre les deux hommes, le Britannique faisant grimper son rival sur la plus haute marche du podium lors de la cérémonie. "Lewis m’a témoigné un très beau respect", glisse Vettel. "Ce n’est pas moi qui ai pris la décision", ajoute Hamilton qui avait déclaré quelques instants avant: "Ce n’est pas du tout la manière dont je souhaitais gagner. Il est parti au large mais on a failli se toucher. C’est dommage mais c’est comme ça." Avec 162 points, le Britannique compte désormais 29 points d'avance sur Bottas et 62 sur Vettel au championnat du monde. Les Français Pierre Gasly et Romain Grosjean terminent aux 8e et 14e places. Prochain Grand Prix, le 23 juin en France, au Castellet.

dossier :

Lewis Hamilton

AB