RMC Sport

Hamilton : « J’ai eu de la chance »

Un titre qui s'est joué dans le dernier virage du dernier Grand Prix de la saison à Interlagos au Brésil.

Un titre qui s'est joué dans le dernier virage du dernier Grand Prix de la saison à Interlagos au Brésil. - -

Lewis Hamilton est devenu le plus jeune champion du monde à l'issue d'un Grand Prix du Brésil qui restera comme l'un des plus beaux dénouements de l'Histoire de la Formule 1.

Lewis Hamilton (nouveau champion du monde de Formule 1) :
« Je crois que je ne réalise pas encore. C'était la course la plus intense de toute ma vie, la plus difficile également. Je suis si reconnaissant à l'équipe qui m'a permis de vivre ça, à McLaren et à Mercedes-Benz pour m'avoir donné cette opportunité de réaliser mon rêve. Je voudrais remercier aussi ma famille, et tous les gens là-bas au pays. Les deux derniers tours de la course ont été terribles. Mon cœur était près d’exploser. Je ne sais même pas comment j’ai fait pour rester calme. C’est vrai que j’ai eu de la chance dans le dernier tour, et finalement je réalise mon rêve. »

Pour Ron Dennis, le président de McLaren, le sacre de Lewis Hamilton est largement mérité à la vue de ces deux dernières saisons :
« Si vous regardez les statistiques, il a été le pilote qui a inscrit ces deux dernières années le plus de points, il est celui qui a remporté le plus de victoires et qui est monté le plus souvent sur le podium. C’est tout simplement incroyable : il est le plus jeune champion du monde de l’histoire, et c’est seulement sa deuxième saison. Il lui reste tellement à accomplir. »

Si l'écurie McLaren-Mercedes était en fête, tout le Brésil était en deuil. Massa est en effet passé si près de son rêve, franchissant la ligne d’arrivée en vainqueur et en champion du monde. Malgré la déception, le petit pilote brésilien est resté digne :
« La course a simplement été parfaite. Nous avons tout réalisé de manière fantastique. Je suis très fier de cette course, de mon équipe, fier des gens qui m’entourent et qui me soutiennent énormément. Ils m’ont aidé bien plus que je n’aurais pu imaginer. Bien sûr, c’est un mélange de beaucoup d’émotions. Je sais maintenant comment gagner, comment perdre… Ce type de journée vous apprend énormément. C’est ainsi, c’est la course. Mais oui, je suis très ému. »
Maigre consolation, Ferrari a tout de même coiffé la couronne de champion du monde constructeurs.

dossier :

Lewis Hamilton

La rédaction