RMC Sport

Mort d'Hubert Auriol: Denis Brogniart raconte comment il s'est retrouvé à présenter Koh Lanta

Hubert Auriol est décédé ce dimanche à l'âge de 68 ans. Triple vainqueur du Paris-Dakar (en moto puis en auto), le pilote français avait aussi présenté la première saison de l'émission Koh Lanta sur TF1. Son successeur Denis Brogniart raconte ce choix réfléchi et logique.

Les plus jeunes ne connaîtront peut-être que cette mince facette de lui. Outre ses exploits et ses trois victoires sur le Paris-Dakar, Hubert Auriol restera aussi comme le premier présentateur de Koh Lanta en France. Après l'annonce du décès du légendaire pilote, son successeur à la tête de l'émission de TF1, Denis Brogniart, raconte à RMC Sport quelques dessous de ce choix. Et rend surtout hommage à l'homme.

"C'est une grande tristesse parce que c'est pour moi l'archétype de l'aventurier des temps modernes, ce type qui rêvait de parcourir l'Afrique à moto et qui a trouvé sa vocation à travers le Paris-Dakar. C'était un visionnaire, un type qui avait compris ce qu'était l'aventure avant beaucoup d'autres. Tout naturellement, les gens de TF1 étaient allés le voir pour présenter la première saison de Koh Lanta, parce que c'était un aventurier au sens noble du terme, parce qu'il avait une belle gueule, une faconde", avance le présentateur.

"C'était un mec bien"

Première figure à incarner l'édition française de l'émission en 2001, Hubert Auriol cède ensuite la main, trop pris par son statut d'organisateur de la course de sa vie. "Il a fait ça une année parce qu'ensuite, son rôle de patron du Paris-Dakar l'accaparait complètement, poursuit Denis Brogniart. Je retiens aussi l'élégance avec laquelle il m'avait transmis le témoin après la première saison de Koh Lanta. Il symbolise l'aventure à la française, cette époque sans GPS, où il fallait se démerder avec son talent et son courage."

Un pilote d'exception. Un homme tout aussi remarquable. "C'était un type bienveillant, humble, altruiste, qui ne se prenait jamais pour un autre. Il donnait du temps aux fans, aux passionnés. Il avait ce regard perçant et ce sourire communicatif. C'était quelqu'un que j'aimais beaucoup, ajoute le présentateur. On s'était rencontrés avant Koh Lanta parce que je suis passionné de rallye-raid. Je l'admirais. La passation s'était faite sur la dernière émission de cette première édition, cela avait été très agréable. Il était parti parce qu'il n'avait pas le temps, il lui fallait faire un choix et il avait choisi son rôle de patron du Dakar. Il m'avait donné les clés avec bienveillance et gentillesse. Je ne l'oublierai jamais pour ça, parce que c'était un mec bien."

L'anecdote du coup de fil à la Salpêtrière en 1987

Passionné de rallye-raid et de moto, Denis Brogniart livre par ailleurs une folle anecdote sur sa première prise de contact avec le champion. Une histoire de coup de fil et de petit mensonge... qui a tourné court !

"En 1987, il s'est brisé les jambes quelques jours avant sur la toute fin du Dakar, il est obligé d'abandonner et laisse la victoire à Cyril Neveu. Il est évacué à la Salpêtrière. A l'époque, j'ai 20 ans, je rêve de devenir journaliste et je veux lui parler, parce qu'il me passionne, explique Brogniart. Je prends le téléphone et je m'invente un nom, un rôle de reporter et j'appelle l'hôpital. Je passe tous les stades: le standard, les urgences, le service dans lequel il est. A un moment, j'entends Hubert Auriol qui me dit "Allo?" Et je suis tellement pétrifié, je n'y crois pas... Je suis tellement décontenancé que je raccroche avant de lui parler. Et je m'en suis voulu ! On en rigolait des années après. C'est drôle que nos carrières se soient croisées après." 

A.Bo avec C.M