RMC Sport

Tueries aux Etats-Unis: le message très clair de Popovich et Kerr

Gregg Popovich et Steve Kerr ont vivement critiqué le deuxième amendement

Gregg Popovich et Steve Kerr ont vivement critiqué le deuxième amendement - AFP

Team USA prépare actuellement la prochaine Coupe du monde de basket prévue en Chine du 31 août au 15 septembre. En stage à Las Vegas avec leur équipe, Gregg Popovich et Steve Kerr, le sélectionneur et son adjoint ont tenu à réagir après les deux tueries qui ont frappé les Etats-Unis ces derniers jours. Pour les deux techniciens il faut rapidement changer la législation sur le port d’armes.

Quelques jours après les deux terribles fusillades d’El Paso et de Dayton, l’émotion demeure toujours aussi vive aux Etats-Unis et de nombreux personnalités publiques ont pris la parole pour appeler à une modification du deuxième amendement. Après avoir rendu hommage aux 31 victimes de ces deux tueries, Gregg Popovich et Steve Kerr ont eux aussi plaidé pour un changement de législation. Présents à Las Vegas avec la sélection américaine lors du stage de préparation pour la Coupe du monde de basket (du 31 août au 15 septembre en Chine), le patron du Team USA et son adjoint ont vivement haussé le ton à l’encontre des autorités et des élus.

Kerr: "Quelqu’un pourrait débarquer à l’entraînement et nous pulvériser à la Kalachnikov"

L’habituel patron des Warriors de Golden State, adjoint en sélection, a été le premier à prendre la parole auprès d’un média local. Selon lui il faut limiter la prolifération des armes aux Etats-Unis dans un pays qui a déjà connu 251 fusillades en 2019. "Quelqu’un pourrait débarquer à l’entraînement et nous pulvériser à Kalachnikov, s’est emporté le coach aux trois titres en NBA. Cela peut arriver car nous sommes vulnérables […] Les Américains doivent demander du changement à nos dirigeants trop peureux qui continuent de laisser ce genre de choses arriver en affirmant que le deuxième amendement fonctionne bien."

Popovich appelle les Américains à se réveiller

Lui aussi fervent défenseur de limitation sur le port d’arme, Gregg Popovich a ensuite partagé l’avis de son adjoint. L’éternel coach des Spurs de San Antonio est allé encore plus loin et a demandé aux décideurs de régir et de provoquer des changements. "Cela irait beaucoup mieux si les gens aux pouvoir se bougeaient le cul (sic) et faisaient quelque chose", a pesté "Pop ".

En attendant de savoir si ces prises de position feront évoluer les mentalités, le sélectionneur américain à appeler de ses vœux le peuple américain à travailler ensemble pour améliorer les choses. "On ne peut pas empêcher les divisions dans notre pays, a encore lancé le technicien auprès du Washington Post. Mais nous pouvons donner l’exemple et travailler de concert pour nous fixer et atteindre un objectif commun."

Jean-Guy Lebreton