RMC Sport

JO 2016, basket : les Bleus gobent la Chine, ça rassure

Tony Parker

Tony Parker - AFP

Lourdement battue par l’Australie en ouverture, l’équipe de France a su réagir pour dominer sans trembler la Chine ce lundi soir aux JO 2016 (88-60). Nando de Colo a notamment montré la voie (19 points)

Vous voulez une bonne nouvelle, en ces temps difficiles pour l’équipe de France olympique ? Les Bleus du basket ont réagi. Fessés par l’Australie samedi (66-87), ils ont dominé la Chine sans trembler ce lundi aux JO 2016 (88-60). Un adversaire qui avait pris un gros éclat contre les Américains (62-119) et qui ne représentait une grande menace pour les joueurs de Vincent Collet, à la condition de voir d’autres attitudes côté tricolore. Et ça a été mieux.

A lire aussi >> Les JO 2016 en direct

Pas exceptionnel, vu le nombre considérable de ballons perdus (23), mais correct. "On avait à cœur de montrer un autre visage, a expliqué Florent Pietrus sur RMC. On s’est dit les choses. Si on veut exciter, il faut qu’on retrouve nos valeurs. Ça s’est plutôt bien passé." "C’était beaucoup mieux, a aussi estimé Tony Parker. On a juste mieux joué. On avait fait un match, ça peut arriver. On a réagi. »

Nando de Colo a notamment montré la voie, avec 19 points en 21 minutes. Cette première victoire permet à Tony Parker (14 points, 8 passes) et aux siens de se rassurer dans la course aux quarts de finale, puisque dans leur groupe A, la Chine et le Venezuela, allumé par les USA après avoir résisté dix minutes (69-113), auront du mal à finir parmi les quatre meilleurs. Gare aux Sud-Américains, malgré tout. C’est l’Australie qui a la faveur des pronostics pour la 2e place, grâce à une nouvelle grande performance face à la Serbie (95-80).

A lire aussi >> JO 2016, basket : les Braqueuses de retour ! Les Bleues détroussent la Biélorussie au buzzer

Un risque à prendre contre la Serbie ?

Les Bleus affronteront justement la bande de Milos Teodosic mercredi. Se risqueront-ils à faire quelques calculs et projections sur le tableau final ? La 4e place dans le groupe A enverra vers un quart difficile (Argentine, Lituanie, Croatie ?), mais pas vers une demie contre les Etats-Unis, quand la 3e pourrait pourquoi pas offrir des retrouvailles avec le meilleur ennemi espagnol puis un défi impossible face aux stars NBA.

Pas sûr quand même que les Bleus jouent à se faire peur, avec la perspective d’un match de la « muerte » contre le Venezuela. Ses Serbes se feront peut-être la même réflexion. Il faudra surveiller l’engagement individuel et collectif pendant ce France-Serbie…