RMC Sport

Comment Miami va "accueillir" LeBron James pour son retour

LeBron James et Dwyane Wade

LeBron James et Dwyane Wade - AFP

Double champion NBA en quatre saisons au Miami Heat, LeBron James a quitté la Floride cet été pour retrouver son Etat natal et sa franchise de cœur aux Cleveland Cavaliers. De retour à Miami pour la soirée de Noël, le quadruple MVP doit-il s’attendre à une réception houleuse ?

La scène se déroule il y a pile 10 ans, le 25 décembre 2004, au Staples Center de Los Angeles. Face aux locaux se dresse le Miami Heat du jeune Dwyane Wade et du géant Shaquille O’Neal, arrivé en Floride à l’intersaison en provenance des… Lakers. Dans la cité des anges, Shaq a laissé un héritage glorieux : trois titres et une finale NBA. Mais comment le public va-t-il le recevoir ? Avec une longue ovation pendant la présentation de son équipe et la diffusion d’une vidéo de ses meilleurs moments aux Lakers. Mais aussi avec… des huées chaque fois qu’il touchera le cuir. Dix ans plus tard, Wade va revivre un tel moment. Mais cette fois, c’est lui qui reçoit. Le rendez-vous arrive enfin : ce 25 décembre, pour l’annuelle soirée de Noël de la ligue US, LeBron James est de retour à Miami. Là où il a atteint quatre finales (pour deux titres) en quatre saisons, de 2010 à 2014. La franchise, aussi, qu’il a décidé de quitter cet été pour retrouver son Ohio natal et tenter de mener ses Cleveland Cavaliers au premier titre de leur histoire.

Alors, quelle réception en Floride pour « LBJ » ? Si beaucoup de supporters du Heat restent déçus de son choix, et de son manque de reconnaissance à l’heure d’expliquer sa décision dans les colonnes de Sports Illustrated, on ne retrouve pas le sentiment de trahison qui avait accompagné le voyage en sens inverse, de Cleveland à Miami à l’été 2010. Les fans floridiens savent ce qu’ils doivent à LeBron. Ses retrouvailles avec eux dans l’écrin de l’American Airlines Arena devraient donc plus prendre la forme partagée de celles du Shaq avec les Lakers que de celles de son premier retour à Cleveland sous le maillot du Heat, le 2 décembre 2010, quand James avait dû subir insultes et quolibets avant, pendant comme après le match.

Wade : « J’espère que nos supporters seront reconnaissants de tout ce qu’il a apporté »

D’autant que l’intéressé a reçu un soutien de poids, celui de son « frère » Dwyane Wade. Sans ressentiment envers son grand pote, le triple champion NBA a averti son public : pas touche à LeBron ! Ou le moins possible… « Les réactions vont être partagées, a confié Wade à ESPN. Mais ce que je pense sur la façon dont notre public devrait l’accueillir est différent. Il nous a aidés à atteindre des sommets que la franchise n’avait connus qu’à une seule reprise (le premier titre NBA du club en 2006, ndlr). Il devrait être accueilli à la hauteur de ce qu’il a apporté, au moins au début du match. Ensuite, vous pourrez faire ce que vous avez à faire… De toute façon, si certains le huent, je pense que ça ne durera pas très longtemps. LeBron est un joueur de basket incroyable et tous les spectateurs sont des fans du jeu. Avec lui, les "oooh" ou les "aaaah" arrivent souvent avant les "booooo". J’espère que nos supporters seront reconnaissants de tout ce qu’il a apporté à notre organisation. » Une certitude : adversaires ou pas, les deux ne feront pas semblant de ne pas s’apprécier.

« Notre relation n’a pas changé, explique Wade. Je ne laisserai jamais le sport se mettre entre mes meilleurs amis et moi. On parle très souvent ensemble au téléphone, comme peuvent le faire des meilleurs amis. On le faisait déjà avant d’être coéquipiers et il n’y a pas de raison que ça change. » Une amitié qui a même empêché Dwyane de peser de tout son poids sur la décision de James de quitter la Floride. « Je lui ai parlé comme Dwyane l’ami, pas Dwyane le coéquipier, confie le joueur du Heat. Je lui ai juste dit : "Fais ce qu’il y a de mieux pour LeBron James et sois heureux ". » Le bonhomme finira par opter pour Cleveland et son « home sweet home ». Reste une question. Voir Wade rejoindre James dans l’Ohio dans un an et demi – il sera alors de nouveau libre – semble-t-il une idée farfelue ? « C’est très drôle, tranche Dwyane. Je n’ai pas de réponse. C’est vraiment drôle, on va dire ça comme ça… » Le destin commun de ces deux stars de la draft 2003 n’a peut-être pas encore livré son dernier chapitre.

Alexandre Herbinet