RMC Sport

Affaire du vortex : aucune plainte de BMC

Geraint Thomas

Geraint Thomas - AFP

L'affaire de la combinaison des Sky a beaucoup fait parler, mais pour l'instant sans conséquence.

Contrairement à ce qui a été dit dimanche, l’équipe BMC n’a pas saisi les commissaires dans ce qu’il est désormais commun d’appeler "l’affaire du vortex" ou comment des plaques censées améliorer l’aérodynamisme ont été intégrées dans les maillots de la Sky.

Frédéric Grappe avait été le premier à élever la voix. Dans le viseur du directeur de la performance à la FDJ, les maillots de la Sky et plus particulièrement des plaques apparentes, intégrées au maillot et censés améliorer la performance. Grappe n’avait pas directement mis en cause la formation britannique, mais bien le fait que Froome et ses hommes aient pu utiliser une méthode dont il ignorait l’existence en raison, selon lui, d’un manque de communication de l’UCI. Même si ce maillot avait été testé dernièrement sur le Tour d’Italie et le Dauphiné.

Mais si la FDJ ne roule pas sur le même tableau que la Sky, d’autres équipes auraient pu prendre la roue de la formation de Marc Madiot, à commencer par la BMC de Richier Porte, cinquième l’année dernière et faisant partie des favoris cette année. Une rumeur s’étant même propagé que la formation américaine s’était associée aux Français. Mais si des échanges ont existé entre les deux équipes, aucune plainte n’a été posée par Fabio Baldato, le manageur de l’équipe.

A voir aussi >> Tour de France : sans certitudes juridiques, les commissaires ont laissé passer la combinaison Sky

Changement de règlement… ou pas

"Nous n’avons pas parlé avec les commissaires, explique l’Italien. Notre groupe d’entraîneurs et performance est en train de regarder. J’attends d’avoir des réponses pour parler. Mais pour le moment, nous n’avons rien fait." Des propos confirmés par Philippe Marien, président des commissaires de course et représentant de l’UCI sur le Tour de France. "La FDJ est venue me voir. Il n’y pas de plainte écrite ou orale, mais ils sont venus exprimés leur avis sur le sujet. J’ai entendu dire que la BMC s’était plaint, mais je ne l’ai pas vus."

Marien a par ailleurs confirmé que selon lui, rien d’illégal n’avait été commis. "Le règlement dit qu’il ne faut pas d’ajout externe. Là, c’était intégré à la combinaison de Froome. Je ne peux donc rien faire." Quant au changement de règlement un temps évoqué, le Belge confirme que des discussions existent, mais que la décision ne viendra que de la direction de l’UCI, "s’il doit y avoir une décision et une communication", poursuit-il. Un vide juridique particulièrement étrange, surtout qu’il intervient sur la course la plus suivie au monde… "On est au Tour de France…" conclut Marien dans un sourire.

A voir aussi >> Tour de France : Kittel-Démare, le duel est lancé !

Tour de France en direct: La 3e étape entre Verviers et Longwy

Pierrick Taisne