RMC Sport

Giro (11e étape): Evenepoel perd plus de deux minutes, Bernal s'envole au général

Les chemins de terre ont été fatals à Remco Evenepoel. Dauphin du général au départ de cette 11e étape ce mercredi, le Belge a concédé plus de deux minutes à Egan Bernal, toujours leader du Giro.

Dans une superbe étape en direction de Montalcino, Egan Bernal (Ineos), déjà maillot rose, s’est envolé en tête du Giro. Pas vraiment à son aise sur les chemins de terre, Remco Evenepoel, son dauphin au début de la journée, lui a concédé plus de deux minutes et reculé à la septième place du classement général. L'étape est revenue à l'échappé Mauro Schmid (Qhubeka ASSOS).

La principale attraction de l'étape était le passage sur les chemins de terre, d'habitude embruntés lors de la classique printanière des Strade Bianche. Quatre secteurs non bitumés, auxquels il fallait ajouter deux ascensions de troisième catégorie, qui ont fait beaucoup de dégâts au sein du peloton. À quelques kilomètres de la fin, le groupe de favoris, emmené par les Ineos, a vite été réduit à une vingtaine de coureurs, parmi lesquels manquait Remco Evenepoel, deuxième du général au départ de Perugia.

Craquage à 20 bornes pour Evenepoel

Après une superbe première semaine, qui l'a vu tenir la dragée haute au maillot rose Egan Bernal et laisser miroiter un duel épique jusqu'à Milan, Evenepoel a montré des premiers signes de faiblesse. À 50 kilomètres d'arrivée, il avait déjà du mal à garder le contact et n'était que peu aidé par son équipe. À 20km, c'est Bernal en personne qui, d'une accélération, l'a fait sauter, le forçant à limiter la casse jusqu’à la ligne. Au final, le Belge a déboursé 2'08" au Colombien et a réculé à la 7e place du général.

Loin devant le prodige de Quick-Step, les favoris n’ont eu de cesse de s’attaquer, dans une fin d’étape explosive. Alexander Vlasov (Astana), nouveau dauphin au général (à 45 secondes), s’est indubitablement distingué comme le principal concurrent de Bernal pour la victoire finale. Mais le vainqueur du Tour 2019 est plus que jamais le grandissime favori et a encore impressionné : alors qu’il était isolé avec Vlasov, il a placé une attaque puissante pour partir avec Emmanuel Buchmann (Bora-Hansgroe) et distancer ses poursuivants.

Bardet dans le dur

D’autres favoris du général ont également tiré la langue en fin d’étape, à commencer par Romain Bardet. Le Français s’est un temps accroché à la tête, avant de craquer et finir aux côtés d’Evenepoel. Bouleversement au sein du top 10: Damiano Caruso (Bahrain-Victorious) est désormais 3e, à 1'12". Hugh Carthy (Eductation First) et Simon Yates (BikeExchange) complètent le top 5.

La victoire d’étape s’est jouée au sein de l’échappée d’onze coureurs, partie après seulement 5 kilomètres. Au sein du petit groupe, qui comptait le Français Simon Guglielmi (Groupama-FDJ), c’est le Suisse Mauro Schmid (Qhubeka ASSOS) qui s’est montré le plus fort pour remporter sa première victoire professionnelle, au sprint devant l’Italien Alessandro Covi (UAE-Team Emirates).

Corentin Parbaud Journaliste RMC Sport