RMC Sport

Liège-Bastogne-Liège: Alaphilippe en favori pour "le plus gros objectif" de son début de saison

Vainqueur de la Flèche Wallonne mercredi, Julian Alaphilippe sera l'un des hommes à battre sur la doyenne Liège-Bastogne-Liège dimanche. Il fera notamment face à Primoz Roglic, vainqueur de l’édition précédente en sautant le Français sur la ligne, avant que ce dernier ne soit déclassé (5è) après avoir fait une "vague" dans le final.

Julian Alaphilippe, en quoi votre victoire sur la Flèche Wallonne modifie-t-elle votre état de confiance?

Cette victoire fait vraiment beaucoup de bien. Après en terme de confiance, cela ne change pas grand-chose. Je sais pourquoi je suis venu sur les Ardennaises : pour essayer de gagner et c’est chose faite sur La Flèche. Ça m’a confirmé que le travail a été bien fait donc c’est une bonne chose, mais il ne faut pas non plus s’enflammer. Liège est une course différente. Je vais donner le maximum et c’est vrai que je l’aborde avec la motivation à bloc, une belle équipe au départ et on aura à cœur de bien faire.

Lever les bras sur cette classique avec le maillot arc-en-ciel, qu’est-ce que ça représenterait pour vous?

Lever les bras, je l’ai déjà fait mercredi, c’est un sentiment spécial, ça fait beaucoup de bien. Mais beaucoup de coureurs auront envie de gagner, il n’y aura pas que moi à surveiller. Si vraiment je suis en mesure de gagner la course, ce serait une énorme satisfaction parce que c’est une course qui me tient à cœur, que je rêve de gagner, donc je ne m’en cache pas. Mais je sais que ce sera très difficile.

Primoz Roglic, deuxième sur la Flèche Wallonne, est-il l’adversaire numéro un pour vous et votre équipe?

Il fait clairement parti des grands favoris. Il a fait un gros truc sur la Flèche, il est parti de très loin, vraiment en force. Il est fort depuis le début de saison. Il a montré l’année dernière en remportant Liège-Bastogne-Liège qu’il sera très dur à battre.

Quel regard portez-vous sur Alejandro Valverde, qui fêtera ses 41 ans dimanche?

Ça m’a fait chaud au cœur quand il est venu me féliciter après La Flèche car on a toujours eu beaucoup de respect l’un envers l’autres. Que ce soit lors de mes premières années pro mais aussi quand j’ai terminé derrière lui sur mes premières éditions de la Flèche Wallonne. C’est un exemple, quand on voit la carrière qu’il fait à son âge, au plus haut niveau du cyclisme mondial, ça inspire le respect.

Alejandro Valverde doit déclarer forfait pour le Tour d'Italie où était attendu.
Alejandro Valverde doit déclarer forfait pour le Tour d'Italie où était attendu. © AFP Sports

Cette saison, quelles sont vos échéances les plus importantes?

En terme de hiérarchie, Liège est le gros objectif de ce début de saison. Je le dis depuis le début, j’ai travaillé pour ça. Donc je suis très satisfait avec la Flèche Wallonne mais c’est complétement autre chose pour dimanche et je vais donner le maximum. Après ça, je pourrai faire un bilan, couper quelques jours pour bien récupérer et penser à la suite. Ensuite, pour moi, ce sera quand même le Tour de France le plus important, puis la fin de saison avec les Championnats du Monde, le Tour de Lombardie… Je prends un peu comme ça vient pour l’instant et je pense juste à Liège pour le moment.

La fait d’avoir officialisé votre prolongation (le 15 avril, jusqu’en 2024) vous permet-il d’aborder la suite plus sereinement?

C’est toujours bon pour la tête d’être plus serein, plus tranquille, de ne pas penser à un éventuel changement d’équipe, au marché des transferts… Comme je l’ai dit, on s’est assez rapidement mis d’accord avec Patrick Lefevere, j’étais super content et lui aussi. Maintenant je peux vraiment être concentré à 100% sur les objectifs.

Ressentez-vous de la pression à force d’être toujours attendu?

C’est une bonne pression. Quand c’est une course importante, un objectif, on a toujours envie de bien faire donc c’est une pression qu’on se met à soi-même. L’équipe n’en rajoute pas, on a déjà fait un très bon début de saison avec de nombreuses victoires. D’un point de vue plus personnel, je suis très content avec la victoire sur la Flèche de mercredi. Forcément j’ai envie de finir les Classiques avec un très bon résultat, mais il n’y a pas de pression spéciale. J’ai juste envie de faire les choses bien.

Valentin Jamin