RMC Sport

Mort de Robert Marchand: la maire de Mitry-Mory salue la mémoire d’un "homme exceptionnel"

Charlotte Blandiot-Faride, la maire de Mitry-Mory, la commune où s’est éteint Robert Marchand ce samedi à l’âge de 109, a salué sur BFMTV le fabuleux destin du cycliste qui détient les records du monde chez les centenaires.

On avait l’habitude de l’appeler "le plus vieux sportif du monde." Ce samedi, le sport pleure la disparition de Robert Marchand. Ce cycliste qui détient plusieurs records chez les centenaires est mort samedi à l’âge de 109 ans dans sa ville de Mitry-Mory. "C’était un homme exceptionnel, déjà de par ses qualités physiques mais surtout pour ses qualités mentales, a réagi sur BFMTV Charlotte Blandiot-Faride, la maire PCF de cette commune de Seine-Saint-Denis. Robert Marchand était un homme très engagé dans le milieu politique, c'était un militant communiste et un syndicaliste. Il n’a cessé d’allier les jambes et la tête tout au long de sa vie. Il a beaucoup donné à notre commune et l’a fait briller à travers le monde. Nous sommes très attristés aujourd’hui même si 109 ans est un très bel âge."

"Son home trainer ne le quittait pas"

Après avoir fait tomber le record de l’heure pour un centenaire en 2011, Robert Marchant s’était encore illustré en 2017 en réalisant la meilleure performance mondiale dans l’heure en parcourant 22,547 km dans la catégorie "Master des plus de 105 ans." S’il a pris sa retraite un an plus tard, en 2018, à l’âge de 106 ans, ce fou de vélo a gardé la forme jusqu’à son dernier souffle : "Son home trainer ne le quittait pas, jusqu’à ses derniers jours, rappelle Charlotte Blandiot-Faride. Il avait tendance à dire que de l’eau avec du miel, ça lui faisait du bien. Il a donné à beaucoup d’entre nous de belles leçons de vie."

Admirative du sportif, la maire de Mitry-Mory n’oublie pas de saluer également la mémoire de celui qui est né en 1911, avant la Première guerre mondiale : "Il a parcouru le monde, il a travaillé au Venezuela, au Canada, il a vécu les deux premières guerres mondiales. Il racontait beaucoup d’histoires. C’était un militant de la paix. Il avait cet œil pétillant qui fait la grandeur des sportifs", conclut l'élue.

"C’était un homme exceptionnel à tout point de vue, a commenté de son côté Michel Callot, président de la Fédération française de cyclisme, sur BFMTV. Il devenait naturellement l’ami de tous ceux qu’il côtoyait. Robert Marchand était un sportif sans comparaison. Pouvoir se fixer des objectifs à plus de 100 ans, ça laisse sans mot. C’est fabuleux. C’était une source d’espoir pour de très nombreux français et françaises."

ABr