RMC Sport

Tour de France: "C’était une journée terrible", Bardet explique son incroyable défaillance

Romain Bardet n’a pas réussi à accompagner les favoris, ce mercredi, dans le dernier col de la 17e étape du Tour de France. Le leader de la formation AG2R-La Mondiale a été trahi par son corps. Bardet ne montera pas sur le podium de la Grande Boucle dimanche prochain et il a du mal à le digérer.

Le visage livide sur la ligne d’arrivée, Romain Bardet a bien du mal à accepter ce que la 17e étape lui a réservé. Le leader de la formation AG2R-La Mondiale a accompagné les favoris pendant très longtemps, ce mercredi, dans cette étape pyrénéenne, très courte (65 km) et extrêmement nerveuse, sur laquelle il comptait pour remonter au classement général. En quête de sensations depuis le départ du Tour de France, Romain Bardet a finalement connu une terrible défaillance dans le col du Portet (16 km à 87%), le dernier de la journée. Il a franchi la ligne d’arrivée à 2’35 du vainqueur, Nairo Quintana.

"Les jambes ne répondaient pas"

"C’était une journée terrible, a lâché le Français sur la ligne d'arrivée, au bord du malaise. J’ai eu une terrible défaillance dans le dernier col. Les jambes ne répondaient tout simplement pas, c’est très malheureux. Mais c’est le sport, il faut l’accepter. Mon corps ne peut pas accepter plus que ça aujourd’hui, j’ai fait le maximum." Rien ne laissait présager une telle faiblesse dans le final. La formation AG2R avait d’ailleurs placé une terrible accélération pour étirer le groupe maillot jaune et procéder à un premier écrémage. Avant l’attaque de son leader, pensait-on, mais ce dernier n’a jamais eu l’occasion de porter l’estocade.

Bardet a manqué de sucre, vaincu par des maux de tête

Lâché par son dernier coéquipier avant le sommet du col de Val Louron-Azet (7,4 km à 8,3%), Romain Bardet a perdu du terrain très rapidement dans la dernière ascension. Isolé et incapable de réagir dans la difficulté, il a vu ses rivaux s’envoler. "J’avais des bonnes jambes toute l’étape, j’ai vraiment manqué de sucre dans la dernière montée, confirme le Français. J’ai eu des maux de tête, je n’étais vraiment pas bien. J’étais complètement bridé, incapable d’accélérer. C’est difficile à accepter quand on se prépare des mois. C’est la loi du sport, c’est comme ça." Cinquième à 3’21 de Geraint Thomas ce matin, Romain Bardet a perdu trois positions au classement général (8e à 5’13) et ne verra pas le podium sur les Champs-Elysées.

QM avec JFP, PYL, GQ et YP à Saint-Lary-Soulan