RMC Sport

"Poulidor était le champion le plus populaire du cyclisme français", réagit Voeckler

Thomas Voeckler, ancien porteur du maillot jaune sur le Tour et actuel sélectionneur de l’équipe de France de cyclisme, a réagi avec émotion à l’annonce du décès de Raymond Poulidor, ce mercredi à 83 ans.

Thomas Voeckler a réagi avec émotion à la disparition de Raymond Poulidor, ce mercredi à l’âge de 83 ans. L’actuel sélectionneur de l’équipe de France de cyclisme, porteur du maillot jaune pendant 10 étapes sur le Tour de France 2011, n’a pas couru à la même époque que son aîné mais conserve le souvenir de son intime proximité. 

"L'impression de le connaître depuis toujours"

"C’est de la tristesse, confie-t-il à BFMTV. Je ne suis pas du tout de la même génération et j’ai l’impression de la connaître depuis toujours. C’est quelqu’un qui allait toujours vers les gens. Il était intergénérationnel. C’est la gentillesse, le panache sur le vélo, et en dehors. Sur tous les Tours des France auxquels j’ai participés, même quand j’étais un jeune coureur pas connu, il avait toujours un mot. C’était quelqu’un de presque paternel. Avec tous les gens qu’il abordait, il avait ce rapport qui était hyper proche alors qu’il était sollicité du matin au soir."

"Il avait complètement digéré" son image d'éternel second

Voeckler est également revenu sur l’étiquette "d’éternel second" qui lui collait à la peau en raison de ses trois deuxièmes places sur le Tour de France. "Quand il était coureur, ça ne le faisait pas sourire du tout, juste après non plus, poursuit Voeckler. Mais depuis de nombreuses années, il avait complètement digéré. Il n’y a pas longtemps, il était à côté de Bernard Hinault et il lui a dit: 'A nous deux, on a gagné cinq Tours de France (5 pour Hinault, 0 pour lui, ndlr)!'. Il reconnaissait lui-même, à travers divers interviews, que ce qu’il n’a pas gagné sur la route, il l’a gagné en popularité."

Il conclut enfin sur la trace indélébile qu’il a laissé sur le sport français à travers les âges. "Je suis né après l’arrêt de sa carrière et j’ai l’impression de l’avoir vu sur le vélo tellement on parle de lui, souligne Voeckler. Même mon fils de 10 ans savait très bien qui c’était. Il a marqué le vélo français. C’est le champion le plus populaire, et de loin, de toute l’histoire du cyclisme français. C’était à une époque où le cyclisme était supérieur en termes de notoriété au football, par exemple."

NC