RMC Sport

Tour de France 2021: Pinot devrait renoncer, quelles ambitions pour les Français

David Gaudu est entré dans une nouvelle dimension sur la Vuelta 2020

David Gaudu est entré dans une nouvelle dimension sur la Vuelta 2020 - @AFP

La donne pourrait changer en fonction des résultats et de la confiance accumulée d'ici à l'épreuve, mais les coureurs français ne devraient pas jouer le classement général cette année sur le Tour de France. Notamment après le retrait très probable de Thibaut Pinot. En revanche, on pourrait les voir davantage à l’avant pour peser sur la course, et jouer des victoires d’étape.

Personne pour jouer le général?

Cette fois-ci, ce sera sans lui. Selon nos informations, Thibaut Pinot ne devrait pas participer au Tour de France cette année, notamment lassé par les échecs à répétition sur la Grande Boucle. D'autant que le parcours de l'édition 2021 ne le favorisait pas. Le Franc-Comtois débarquait sur le Tour avec l’esprit revanchard l’été dernier, un an après un cruel abandon survenu alors qu’il jouait la victoire finale. Mais le sort s’est de nouveau acharné sur lui. Marqué par ces trop nombreuses désillusions, le grimpeur de la formation Groupama-FDJ devrait, sauf ultime coup de théâtre, renoncer à participer à la Grande Boucle.

Sacré champion du monde à Imola en 2020, Julian Alaphilippe a réalisé l’un de ses plus grands rêves sur le vélo. Quitte à choisir, sans doute aurait-il préféré gagner le Tour de France, mais le puncheur de l’équipe Deceuninck Quick-Step, qui a longtemps porté le maillot jaune ces deux dernières années, connaît ses limites. Vainqueur de cinq étapes depuis 2018, Julian Alaphilippe a confirmé garder la même ligne pour la Grande Boucle qui s’annonce: "Je ne courrai pas le Tour pour le classement général”, a-t-il annoncé. Tout en ajoutant: "On ne sait jamais. En 2019 (Il a fini 5e), c'était une bonne surprise pour moi."

Contrairement aux années précédentes, Romain Bardet débarquait sur la Grande Boucle 2020 sans grandes ambitions au général, l’été dernier, mais avec la ferme intention de jouer les victoires d’étapes à l’avant. Une ambition contrariée par un abandon précoce après une lourde chute lors de la 13e étape. Bardet a finalement concrétisé plus tard l’un de ses objectifs de carrière en rejoignant une formation étrangère, la Team DSM, où il découvrira cette année un nouvel environnement de la performance, moins centré sur sa personne.

"Toutes les courses sur lesquelles je serai aligné ne seront pas forcément courues dans l’optique de réaliser un résultat personnel", expliquait-il fin 2020. Ce nouveau souffle dans la carrière du seul coureur français en activité à être monté deux fois sur le podium de la Grande Boucle (2e en 2016, 3e en 2017) s'accompagnera-t-il d’un changement de cap et de stratégie sur le Tour de France? Pas complètement emballé par le parcours 2021, Romain Bardet semblait suggérer en novembre dernier qu’il y jouerait surtout les victoires d’étape.

Tout miser sur les étapes

Ce pourrait être aussi l’ambition des Groupama-FDJ, a fortiori si le sprinteur Arnaud Démare, coureur le plus prolifique du circuit World Tour (14 succès en 2020), enfile le costume de leader de l’équipe française. Un sujet qui pourrait être abordé lors de la présentation de l’équipe mardi. Le sprinteur picard a déjà remporté deux étapes sur le Tour de France et a été l'auteur d’une performance majuscule sur le dernier Tour d’Italie, avec quatre étapes remportées et en prime le maillot cyclamen du classement par points.

La formation Cofidis devrait, elle aussi, s’organiser entre deux pôles, le sprint pour Viviani, et la montagne, terrain de jeu favori du Français Guillaume Martin, meilleur grimpeur de la Vuelta 2020 et très présent sur le dernier Tour de France. Cofidis veut hausser le niveau pour gagner bien plus d'étapes qu’elle ne l’a fait l’an passé. Elle a donc renforcé l’entourage de Martin, trop souvent esseulé en montagne au milieu des favoris, notamment avec les arrivées de l'Espagnol Ruben Fernandez et de l'Allemand Simon Geschke.

Les promesses à confirmer

Dans l’ombre de Thibaut Pinot chez Groupama-FDJ, David Gaudu (24 ans) a pris date. Habituel lieutenant de Pinot en montagne, le Breton est entré dans une nouvelle dimension en 2020 avec deux victoires d’étape sur la Vuelta, deux arrivées au sommet, qui pourraient l’amener à candidater dès cette année à un statut de leader sur une course de trois semaines comme le Tour de France. Une chose est sûre, David Gaudu va aborder cette saison avec des ambitions revues nettement à la hausse. C’est d’ailleurs lui qui mènera son équipe à l’occasion de Paris-Nice.

Nans Peters (26 ans), à l’instar de Romain Bardet, n’a connu que la formation AG2R La Mondiale, son équipe de toujours. Le Français, vainqueur de la 8e étape du Tour de France à Loudenvielle, s’est révélé sur les Grands Tours (première victoire chez les pros sur le Tour d’Italie en 2019). "Le parcours me plaît bien avec une grosse portion dans les Pyrénées où je pense qu’il y aura une belle part pour les coureurs offensifs, pour les échappées. J’espère en faire partie car ça va être intéressant à suivre", s’est-il réjoui lors de la présentation du parcours de la Grande Boucle 2021.

Rémi Cavagna (une victoire d’étape sur la Vuelta en 2019) a confirmé en 2020 qu’il était peut-être le grand rouleur qui manquait au cyclisme français. Au sein de la terrifiante formation Deceuninck Quick-Step, l'Auvergnat, auteur d’un très grand numéro dans le Jura, lors de l'antépénultième étape du Tour de France 2020, ambitionne de participer une nouvelle fois à la Grande Boucle. Le "TGV de Clermont-Ferrand" aura à coeur de régaler le public français de ses épopées solitaires, mais aussi de confirmer ses belles aptitudes entrevues sur l’exercice chronométré (6e du chrono de la Planche des Belles filles). 

QM