RMC Sport

Tour de France (3e étape): au sprint, Ewan souffle la victoire à Bennett

L'Australien Caleb Ewan (Lotto-Soudal) a remporté, au sprint, la 3e étape du Tour de France ce lundi. Alors qu'il semblait bien parti, l'Irlandais Sam Bennett (Deceuninck-Quick Step) doit se contenter de la deuxième place. De son côté, Julian Alaphilippe reste en jaune.

Caleb Ewan était beaucoup trop rapide. Ce lundi, l'Australien s'est imposé, au sprint, lors de la 3e étape du Tour de France longue de 198 kilomètres, à Sisteron. Dans cette édition 2020, le pensionnaire de la formation Lotto-Soudal, qui a déjà remporté quatre étapes sur la Grande Boucle par le passé, ouvre son compteur.

Longtemps devant, l'Irlandais Sam Bennett (Deceuninck-Quick Step) s'est finalement fait déborder sur sa gauche et se contente donc de la deuxième place du jour. Le podium est complété par l'Italien Giacomo Nizzolo (NTT). Derrière, Hugo Hofstetter (Israel Start-Up Nation) signe le meilleur résultat côté français, avec une quatrième place.

Cosnefroy conserve son maillot à pois... après l'abandon de Perez

Après la haute montagne, cette troisième étape pouvait donc difficilement échapper à un sprinteur. Dès les premiers hectomètres, au départ de Nice, les traditionnelles attaques ont fusé.

Une échappée s'est donc formée, avec quatre hommes (Benoît Cosnefroy, Oliver Naesen, Anthony Perez et Jérôme Cousin). Cosnefroy, porteur du maillot à pois, et Perez avaient l'objectif de se battre pour glaner les points aux sommets des différents cols et côtes du jour. Après avoir rempli leur mission du jour, les deux hommes se sont relevés.

Nouveau maillot à pois virtuel, Anthony Perez a connu une sacrée mésaventure. Une grosse chute, dans la descente du dernier col au programme, a entraîné son abandon et c'est donc bien Cosnefroy qui conservera sa tunique. Resté seul devant, Jérôme Cousin a effectué un sacré numéro pendant 110 kilomètres, avant de se faire logiquement reprendre par le peloton, qui le tenait alors à bonne distance, avec une avance maximale de 3'50''.

La victoire finale s'est donc jouée au sprint. Une physionomie qui ne devrait pas être la même ce mardi, dans une quatrième étape, longue de 160,5 kilomètres, qui emmènera les coureurs de Sisteron, jusqu'à une arrivée au sommet d'Orcières-Merlette. Après une journée tranquille, Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) conserve son maillot jaune de leader.

MM