RMC Sport

Tour de France (7e étape): le joli numéro de Mohoric, grosse défaillance pour Roglic

Le champion de Slovénie Matej Mohoric a remporté en solitaire la septième étape du Tour de France, la plus longue cette année, au Creusot. Le Néerlandais Mathieu van der Poel a conforté son maillot jaune alors que le Slovène Primoz Roglic est apparu en grande difficulté.

Il entre dans le cercle fermé des coureurs ayant levé les bras sur les trois grands Tours. Après ses succès sur la Vuelta (2017) et le Giro (2018), Matej Mohoric s’est imposé ce vendredi sur la septième étape du Tour de France, la plus longue de cette 108e édition avec 249,1 kilomètres entre Vierzon (Cher) et Le Creusot (Saône-et-Loire). Le visage marqué par l’émotion et l’effort, le Slovène de 26 ans (Bahrain-Victorious) n’a pu retenir ses larmes à l’arrivée.

Il a su se montrer le plus stratège et le plus malin pour s’extirper d’une échappée royale dans laquelle on retrouvait des clients comme Vincenzo Nibali, Kasper Asgreen, Simon Yates, et surtout Wout van Aert et le maillot jaune Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix). Ces deux-là ont bouclé la ligne avec 1’40’’ de retard sur Mohoric, nouveau maillot à pois, réalisant ainsi une belle opération au général à défaut de gagner.

L'énorme défaillance de Roglic

Van der Poel est un leader toujours plus solide. Avec désormais 30" d'avance sur son dauphin Van Aert et surtout 3'43" sur le tenant du titre Tadej Pogacar (5e), qui était pointé à 8" ce matin et qui va donc devoir batailler plus que prévu dans les jours à venir pour endosser le jaune.

L'autre enseignement de cette étape, c'est le KO subi par Primoz Roglic. Faut-il y voir les conséquences de sa lourde chute survenue lors de la troisième étape? Sans doute. Ouvert sur tout le flanc gauche, mais sans fracture, le Slovène avait reçu l’aval des médecins pour poursuivre le Tour. Mais les douleurs n’ont visiblement pas disparu et il s’est retrouvé distancé à une quinzaine de bornes de l’arrivée, incapable de suivre le rythme imposé dans le très corsé Signal d'Uchon - une ascension de près de six kilomètres avec des passages à 18% - par les Ineos Grenadiers.

Plus surprenant, aucun équipier n’est venu lui apporter son soutien, comme si la Jumbo-Visma avait déjà décidé de revoir ses plans devant la défaillance de son leader, venu sur ce Tour pour prendre sa revanche après avoir perdu son maillot jaune à la veille de l’arrivée à Paris l’an dernier. Geraint Thomas (Ineos), vainqueur du Tour 2018, a lui aussi perdu un temps le contact, peu après Roglic et peu après l’accélération de son équipier Richard Carapaz. Mais le Gallois a su batailler pour boucler cette étape au sein du peloton principal, 5'15" après le vainqueur principal, avec Carapaz, Pogacar, Enric Mas, Rigoberto Uran, Sergio Higuita, David Gaudu, Bauke Mollema... En bref, tous les favoris, à l'exception de Roglic, qui a franchi la ligne avec 9'03" de retard sur Mohoric. Le voilà relégué à la 33e place du général, à neuf minutes de Van der Poel.

Le Tour attaquera samedi les premiers cols, avec une huitième étape qui se terminera dans la station alpestre du Grand Bornand (Haute-Savoie) après 150,8 kilomètres.

>> Revivez la septième étape du Tour de France

RR