RMC Sport

Tour de France: l’abandon de Van der Poel a-t-il faussé la course ?

Mathieu van der Poel a dynamité la course et porté le maillot jaune pendant six jours avant de renoncer à poursuivre le Tour de France pour s’économiser en vue des JO, le week-end dernier. Pour avoir agi de la sorte, le coureur de 26 ans est accusé d’avoir faussé la course. Une attaque que Cyrille Guimard ne comprend pas.

C’est une petite musique qui commence à se faire entendre dans le milieu du vélo. En se retirant de la course pour préparer les Jeux olympiques, Mathieu van der Poel aurait faussé la course après l’avoir très largement animé. Cyrille Guimard, membre de la Dream Team RMC Sport ne partage pas ce constat.

"Non, absolument pas, ça fait partie du Tour. Il n’a rien faussé du tout, parce qu’il ne représente à aucun moment un adversaire pour les prétendants à la victoire finale. On est dans une forme de course logique où il faut que tout le monde s’exprime, que les sprinteurs puissent prendre le maillot jaune, contrôler la course."

Maillot jaune pendant six jours après sa victoire dans la 2e étape à Mûr-de-Bretagne, le Néerlandais a vécu "une semaine incroyable", qui l'a rendu populaire sur les routes du Tour où son grand-père, jamais maillot jaune pour sa part, a laissé une trace indélébile.

"Pour moi, il a apporté une grande fraîcheur sur cette première semaine du Tour, une sensibilité, beaucoup d’émotions", a confié Guimard. Les larmes du coureur Alpecin, c'est vrai, ont ému les Français, qui se sont identifiés au petit-fils de Raymond Poulidor.

Van der Poel n’a jamais renoncé à attaquer jusqu’à son abandon, prévu de longue date, résistant même à un fabuleux Tadej Pogacar dans le chrono de la 5e étape, avant de perdre le maillot jaune à l’issue de la première étape de montagne.

Guimard: "Je dis fabuleux !"

"Là où je comprends que les gens disent qu’il a un petit peu faussé la course, c'est justement son tempérament offensif, a admis Jérôme Pineau, sur RMC. On l’a vu sur l’étape de 250 kilomètres de vendredi. Il a dynamité, il est parti devant. Et un coureur comme Wout van Aert, qui voulait le maillot jaune, il a bien été obligé de suivre Mathieu van der Poel. Sauf que Mathieu van der Poel est rentré à la maison, il est tranquille, tandis que Van Aert est rincé, parce qu’il a voulu suivre Van der Poel."

Le cas est particulier, c’était même couru d’avance. Car Mathieu van der Poel et Wout Van Aert, tous deux spécialistes du cyclo-cross, nourissent une vieille rivalité qui s'est étendue à la route. L’un et l’autre ne pouvaient se résoudre à laisser l’adversaire s’envoler. "Quand vous voyez le premier et le troisième du classement général qui partent dans une échappée à 200 bornes de l’arrivée et payent de leur personne, je dis fabuleux", s’enthousiasme pour sa part Cyrille Guimard.

"Comme j'étais le plus grand rival de Mathieu (van der Poel) au classement, il n'a pas voulu me laisser partir. Dans le final, on a discuté et on a essayé de travailler ensemble", déclarait Van Aert vendredi, reconnaissant au passage qu’il était de toute façon "trop lourd" pour jouer le classement général chez Jumbo-Visma. Les favoris du classement général n'ont d'ailleurs pas calqué leur gestion de la course sur celle de Mathieu van der Poel.

"Pogacar, lui, ça ne l’a pas inquiété du tout que Van der Poel soit dans l’échappée, ni qu’il ait six minutes d’avance, a reconnu Pineau. Ils ont roulé derrière, ils ont maintenu, mais ça ne lui a pas causé trop de souci. Les gros leaders pour la victoire finale n’étaient pas inquiets, mais un Wout van Aert qui voulait le maillot jaune, quand on connait leur rivalité..."

QM