RMC Sport

Tour de France: la passe de trois pour Cavendish, à une longueur du record de Merckx

Mark Cavendish s'est adjugé la 10e étape du Tour de France, au sprint, ce mardi à Valence. Le sprinteur britannique a bénéficié de l'incroyable travail de ses coéquipiers chez Deceuninck Quick-Step pour le rapprocher à une longueur du record absolu de victoires (34), détenu par Eddy Merckx.

Mark Cavendish voit triple ! Le sprinteur de l'équipe Deceuninck s'est adjugé son troisième sprint massif depuis le départ du Tour de France, ce mardi, dans la 10e étape, à Valence. Cavendish s'est imposé pour la 33e fois de sa carrière dans le Tour.

Le Britannique n'est plus qu'à une longueur du record des 34 victoires d'étape de la légende belge Eddy Merckx. A Valence, Cavendish, magistralement emmené par ses équipiers, a devancé les Belges Wout van Aert et Jasper Philipsen. Nacer Bouhanni a pris la quatrième place.

Les coureurs rescapés d’un peloton décimé espéraient secrètement vivre une deuxième journée de repos en s’élançant d’Albertville (Savoie). Leur déception doit être à la hauteur des souffrances que leur inflige cette édition 2021, impitoyable.

Des phases de course nerveuses

Pendant très longtemps, pourtant, le peloton s’est contenté de contrôler l’échappée, deux coureurs partis en éclaireurs pour ouvrir la route. L’arrivée à Valence étant l’une des dernières opportunités pour les sprinteurs de sourire avant les Champs-Elysées, l’escapade de Tosh van der Sande et Hugo Houle avait peu de chance d’arriver à son terme.Les deux hommes n’ont jamais entrevu la victoire finale dans cette 10e étape.

Repris à 35 kilomètres de l’arrivée, ils ont assisté comme d’autres, parfois impuissants, au spectacle offert par la formation deceuninck Quick-Step, qui a pris les choses en main sous l'effet du vent. Au service du collectif et du train de Mark Cavendish, qui l’a étreint sur la ligne d’arrivée, Julian Alaphilippe a abattu un travail monstrueux en tête du peloton pour tenter de le faire exploser.

Avec l’appui des Jumbo-Visma, la formation Deceuninck Quick-Step y est parvenue plus d’une fois, scindant même le peloton en trois. Sur une autre planète depuis le départ, Tadej Pogacar, en personne, a ramené le reste du peloton à la pédale lors de l'un des mouvements de course. Monstrueux.

Place au Mont Ventoux !

Ces phases de course très tendues ont cependant piégé d'autres coureurs coincés dans les éventails qui se formaient, avec des intercalés essayant jusqu’au bout de faire la jonction, au sein d’un groupe en sursis. Un groupe qui comptait des noms du vélo comme Richie Porte et Geraint Thomas, tous deux pris dans une chute à environ 60 bornes de l’arrivée. Anecdotique cependant, tant ils sont loin au classement général.

Dans un fauteuil avant l’arrivée, Mark Cavendish a réglé ce qui devait l’être, pour valider le travail d’une équipe hors-norme, qui semble soudée comme jamais, à en juger par les remerciements appuyés de Cavendish à destination de ses coéquipiers. Quatre sprints massifs sont encore envisageables dans ce Tour pour que le natif de l'île de Man puisse égaler ou dépasser Merckx. Le prochain rendez-vous est fixé jeudi à Nîmes.

Mercredi, la 11e étape part de Sorgues (Vaucluse) et grimpe à deux reprises le Mont Ventoux, une première fois par Sault sur le côté , une seconde fois par la montée classique à partir de Bédoin sur le versant sud. Mais l'arrivée est jugée cette fois à Malaucène, au bas de la descente de 22 kilomètres.

QM