RMC Sport

Le Tour de France féminin de retour en 2022

Dans un entretien au Guardian ce mercredi, Christian Prudhomme a confirmé que le Tour de France féminin effectuera son retour en 2022. Initialement prévu cette année, cet événement a été décalé en raison du contexte sanitaire.

ASO, organisateur du Tour de France, avait promis en juillet 2019 le retour d'une Grande Boucle féminine pour 2021. La pandémie de coronavirus a finalement chamboulé les plans pour le retour de la course, mais pas les intentions d'ASO. Dans un entretien au Guardian ce mercredi, Christian Prudhomme a indiqué que ce Tour de France verrait le jour dès 2022.

La course aura lieu dans la foulée de l'épreuve masculine

Directeur du cyclisme chez ASO, Christian Prudhomme a confirmé que ce Tour de France féminin aura lieu après celui des hommes. "Cela aura lieu l'année prochaine, c'est certain", a indiqué Prudhomme, alors que tous les détails seront révélés en octobre prochain, lors de la traditionnelle présentation du parcours.

"Cela se serait déjà produit cette année s'il n'y avait pas eu la pandémie de covid-19 , évidemment, et surtout si les Jeux Olympiques de Tokyo n'avaient pas lieu après le Tour de France masculin, a justifié encore Prudhomme quant à ce report. Les meilleures coureurs n'auraient pas pu être disponibles. Mais la décision a été prise. Il y aura un Tour de France féminin en 2022 après celui des hommes."

Christian Prudhomme a indiqué aussi que cette épreuve aurait "sa propre identité" qui sera "liée au passé et présent du Tour de France et -pourquoi pas - peut-être aussi à l'avenir." Par le passé, un Tour de France féminin a déjà eu lieu entre 1984 et 1989, où une certaine Jeannie Longo avait brillé.

"La course ne peut pas perdre d'argent"

"A mon avis, il faut mettre de côté une certaine idée d'une parité entre les hommes et les femmes, a indiqué Prudhomme. Pourquoi? Parce qu'il y avait une raison pour laquelle cette course n'a duré que six ans, et c'était un manque d'équilibre économique. Ce que nous voulons faire, c'est créer une course qui gardera le cap, qui sera mise en place et résistera longtemps à l'épreuve du temps. Cela signifie que la course ne peut pas perdre d'argent."

Organisateur des plus grandes épreuves masculines, ASO en fait de même aussi pour le cyclisme féminin avec des courses déclinées comme Liège-Bastogne-Liège, la Flèche Wallonne ou bientôt Paris-Roubaix, dont la première édition doit se tenir en octobre. "Toutes les courses féminines que nous organisons nous font perdre de l'argent, a estimé Prudhomme. Si le Tour de France féminin nous rapporte de l'argent, c'est super mais il ne faut pas perdre d'argent ou ça finira comme le Tour des années 80 et il mourra."

Christian Prudhomme explique aussi la volonté d'organiser la course féminine après celle masculine pour que la télévision suive l'événement, avec "le défi" de recréer une épreuve qui "puisse vivre 100 ans". La dernière édition du Tour de France féminin, organisée par la même société que l'épreuve masculine, avait vu la victoire en 1989 de Jeannie Longo. Depuis, d'autres organisateurs ont tenté de faire revivre l'évenement mais sans jamais avoir la dénomination officielle du Tour de France ou la popularité du plus grand événement cycliste.

Guillaume Lepere Journaliste RMC Sport