RMC Sport

Affaire de la sextape: ce que Valbuena a déclaré pour l'ouverture du procès

Le procès de "l'affaire de la sextape", au cours de laquelle Mathieu Valbuena a été victime d'une tentative de chantage, a débuté ce mercredi au tribunal correctionnel de Versailles. Appelé à la barre, l'ancien joueur de l'équipe de France a donné sa version des faits.

Depuis l'explosion de la célèbre "affaire de la sextape", en 2015, il a été écrit et raconté beaucoup de choses. Mais l'ouverture du procès, ce mercredi à Versailles, a permis d'en apprendre un peu plus sur le dossier. Et notamment sur la manière dont Mathieu Valbuena, victime d'une tentative de chantage, a vécu les événements.

Présent au tribunal correctionnel ce matin, l'ancien international (37 ans) a été rapidement appelé à la barre. L'occasion pour lui de donner sa version des faits, et de s'exprimer sur la chronologie de l'affaire.

>>> Le procès en direct

"Je savais que si cette vidéo sortait, ça allait être compliqué avec l’équipe de France"

Vêtu d'une chemise noire et d'une veste noire, Valbuena a expliqué avoir été informé de la circulation d'une sextape le concernant au printemps 2015, par son ancien coéquipier Djibril Cissé. "Au début, je n'y croyais pas", a lâché l'actuel joueur de l'Olympiacos.

Sauf que Cissé lui a décrit la vidéo en question, et qu'un peu plus tard, Valbuena a reçu un premier appel d'un des présumés maitres-chanteurs. "Je me suis senti en danger et mon réflexe a été de porter plainte", a poursuivi le milieu offensif aux 52 sélections. Et de préciser: "Je n’ai jamais pensé à donner de l’argent pour que cette vidéo ne sorte pas."

Autant que pour sa réputation, voire plus, c'est pour sa carrière sportive que le joueur a eu peur. "Le foot c’est ma vie, a-t-il soufflé. Je savais que si cette vidéo sortait, ça allait être compliqué avec l’équipe de France." Une crainte justifiée, puisque si la vidéo n'est pas "sortie", Mathieu Valbuena n'a plus été appelé chez les Bleus depuis cette année 2015...

L'absence de Benzema? "C'est dommage mais c'est comme ça"

Suspecté dans ce dossier d'avoir été complice de tentative de chantage - en clair, d'avoir servi d'intermédiaire aux maitres-chanteurs -, Karim Benzema ne s'est quant à lui pas rendu au procès en personne. Ce qu'a déploré l'avocat de Valbuena, ainsi que son client.

"Cela fait six ans qu'on a cette affaire, a lancé Mathieu Valbuena aux journalistes à sa sortie de la salle d'audience. Je constate que tout le monde est là... ou presque. C’est-à-dire qu’il manque Karim (Benzema). C'est dommage mais c'est comme ça. Nous, on va jusqu'au bout. Cela fait six ans qu'on attend. On est là le temps qu'il faut pour que tout cela soit derrière moi."

De nouveau appelé à la barre dans l'après-midi, Valbuena est en outre revenu sur son échange avec l'attaquant madrilène à Clairefontaine, à l'automne 2015. "Quand il me dit qu’il veut me parler, je ne pense pas qu’il va me parler de ça, se souvient-il. Quand j’ai eu cette conversation, je suis sorti de cette chambre, j’étais choqué. J’ai senti qu’il voulait avec insistance me faire rencontrer une personne qui devait faire l’intermédiaire. Sa personne de confiance. Il était très insistant. On ne vit pas dans le monde des Bisounours. Je savais bien que si je rencontrais cette personne ce n'était pas pour des places de foot en échange. Il ne m’a pas parlé d’argent, je l’ai toujours dit, mais il a été insistant. Il n’a pas voulu m’aider, il me disait c’est chaud, il y a l’Euro qui arrive…"

De toute manière, l'ex-joueur de l'OM avait déjà prévenu la police. "Mais moi, je n’aurais jamais porté plainte si j’avais su que Karim Benzema était dans cette histoire, a-t-il assuré. Pour moi, pour l’équipe de France... Cette histoire m’a fait du mal car sinon j’aurais dû participer à l’Euro 2016."

C.C. avec Ambre Lepoivre et Cécile Danré