RMC Sport

Affaire de la sextape: Valbuena "choqué" par sa conversation avec Benzema à Clairefontaine

Au premier jour du procès de "l'affaire de la sextape", Mathieu Valbuena a raconté ce mercredi à la barre la conversation tenue avec Karim Benzema à l'automne 2015, dans le cadre d'un rassemblement de l'équipe de France. S'il confirme que l'attaquant madrilène ne lui a jamais parlé d'argent, l'ancien international se souvient bien de "l'insistance" de son coéquipier.

C'est la conversation qui a contribué, en bonne partie, à la médiatisation du dossier. Et c'est ce qui vaut à Karim Benzema de se retrouver aujourd'hui du côté des prévenus. Alors que le procès de "l'affaire de la sextape" a débuté ce mercredi au tribunal correctionnel de Versailles, Mathieu Valbuena - victime d'une tentative de chantage - a raconté à la barre son échange avec l'attaquant du Real Madrid, le 6 octobre 2015 à Clairefontaine, en plein rassemblement de l'équipe de France.

Quelques mois plus tôt, l'ancien Marseillais avait été informé par Djibril Cissé de la circulation d'une sextape le concernant. Egalement contacté par l'un des présumés maitres-chanteurs, il avait vite déposé plainte, et avait été prévenu par la police qu'un nouvel émissaire allait probablement l'approcher. Sans se douter que l'émissaire en question serait un partenaire chez les Bleus.

>>> Le procès en direct

"Il ne m’a pas parlé d’argent, je l’ai toujours dit, mais il a été insistant"

"Quand il (Karim Benzema) me dit qu’il veut me parler, je ne pense pas qu’il va me parler de ça, a raconté l'ex-international. Quand j’ai eu cette conversation, je suis sorti de cette chambre, j’étais choqué. J’ai senti qu’il voulait avec insistance me faire rencontrer une personne qui devait faire l’intermédiaire. Sa personne de confiance (Karim Zenati, ami de Benzema, ndlr). Il était très insistant."

Mais n'était-ce pas pour l'aider à se sortir de cette fâcheuse situation? "On ne vit pas dans le monde des Bisounours, a poursuivi Valbuena. Je savais bien que si je rencontrais cette personne, ce n'était pas pour des places de foot en échange. Il ne m’a pas parlé d’argent, je l’ai toujours dit, mais il a été insistant. Il n’a pas voulu m’aider, il me disait 'c’est chaud, il y a l’Euro qui arrive…'"

De toute manière, l'ex-joueur de l'OM avait déjà prévenu la police. "Mais moi, je n’aurais jamais porté plainte si j’avais su que Karim Benzema était dans cette histoire, a-t-il assuré. Pour moi, pour l’équipe de France... Cette histoire m’a fait du mal car sinon, j’aurais dû participer à l’Euro 2016."

C.C. avec Ambre Lepoivre et Cécile Danré