RMC Sport

Aulas : « Un long chemin vers le fair-play financier »

Jean-Michel Aulas

Jean-Michel Aulas - -

Invité hier du Grand After sur RMC, le président de l’OL a fait le point sur la grande réforme économique que souhaite mettre en place l’UEFA dans les prochaines années. Décryptage.

Le fair-play financier européen
« Comme dans toute nouvelle idée, il y a une phase de mise de forme des objectifs à atteindre. Très clairement, l’objectif, c’est d’éviter un certain nombre d’excès. Et de faire en sorte que les déficits considérables qui sont créés en Europe puissent déboucher sur des règles équitables. Nous avons la volonté de transformer des règles qui sont quelques fois contraignantes en des solutions pragmatiques pour les clubs. Parce que si on prive un certain nombre de clubs d’investissements qui leur sont nécessaires, on peut se retrouver dans une situation qui est pire que le mal. »

Une réforme enfin populaire
« Le fair-play financier en est au stade normatif. On est en train de définir un objectif. Michel Platini a pris un certain nombre d’orientations. Il s’y tient. Ce n’est pas facile. Mais il a avec lui tous les patrons de clubs européens qui veulent jouer le jeu. Il y a un effet d’entraînement. Pour que tout le monde tire dans le même sens, il y a eu beaucoup de pédagogie et de bon de la part des clubs leaders. Le Bayern Munich, qui a un équilibre économique certain, a par exemple joué un rôle positif en expliquant que tout était possible. »

Une concurrence déloyale
« C’est un principe contre lequel il faut lutter. Mais les règles européennes, on le voit dans la vie de tous les jours, sont extrêmement difficiles à harmoniser. Il ne faut pas se faire d’illusion. C’est un long travail, un long chemin qui peut nous amener à régler ce problème de concurrence déloyale. On veut également faire en sorte qu’il n’y ait pas d’excès dans les dépenses. Il ne faut que la spirale inflationniste qui créé des salaires et des commissions d’agents trop excessives emballe le football dans des choses qui ne sont pas tenables pour les gens qui travaillent normalement. Il y a des choses à faire. Mais ça se fera progressivement. »

L’arrivée de nouveaux capitaux
« C’est la loi économique valable pour tous les secteurs d’activités. Il y a des gens plus puissants que d’autres et qui peuvent quelque fois déréguler un fonctionnement traditionnel. Ceci étant, on est dans un contexte encore plus complexe que ça. Ce que fait Michel Platini avec l’UEFA est tout à fait pertinent. Il sait que certaines règles ne sont pas suivies aujourd’hui. Mais il sait aussi que sans ses apports financiers, on peut rendre l’équilibre global fragile. Il y a une économie à trouver, qui doit progressivement réguler les excès. Il ne faut pas, par exemple, dépenser de manière régulière plus que ce que l’on encaisse. »