RMC Sport

Ballon d’or annulé: Lewandowski, Messi, Benzema… qui est le grand perdant?

France Football a annoncé ce lundi l’annulation de l’édition 2020 du Ballon d'or en raison de la crise sanitaire et des longues semaines sans compétition. Ce qui, forcément, n’arrange pas quelques joueurs auteurs de grosses performances avant et après le confinement.

C’est officiel: pour la première fois depuis 1956, le Ballon d’or ne sera pas attribué en 2020. La nouvelle a été annoncée ce lundi par l'organisateur France Football, l’hebdomadaire se justifiant notamment par la perturbation du calendrier en raison de la pandémie de coronavirus. "Seulement deux mois (janvier et février), sur les onze généralement requis pour se faire une opinion et départager les meilleurs, c'est beaucoup trop peu pour jauger et juger, étant donné que les autres matches se sont déroulés – ou se dérouleront – ensuite dans d'autres conditions et formats trop éloignés du panorama habituel", écrit notamment le titre.

Aucune joueuse ne succédera donc à Megan Rapinoe en décembre prochain, et personne ne succédera non plus à Lionel Messi chez les hommes. Dommage pour certains qui, avant ou après la crise, avaient marqué des points…

Robert Lewandowski (Bayern Munich)

Disons-le tout de suite: dans un tel contexte, le tournoi final de la Ligue des champions, prévu en août à Lisbonne, aurait probablement été juge de paix dans l’attribution du prestigieux trophée individuel. Mais ce lundi matin encore, un homme était annoncé favori par les différents bookmakers: Robert Lewandowski, l’avant-centre du Bayern. Le Polonais a tout simplement inscrit 51 buts en 43 apparitions cette saison (même si le Ballon d’or récompense officiellement les performances sur une année civile), et a joué un rôle majeur dans la conquête du titre en Bundesliga à la reprise, avec 9 réalisations en 8 rencontres de championnat post-confinement. Et puis l’on sait que les votants pour le Ballon d’or aiment parfois récompenser la régularité d’un homme. Or, à 31 ans, Lewandowski montre depuis de nombreuses saisons qu’il est l’un des meilleurs numéros 9 au monde.

Cristiano Ronaldo (Juventus) et Lionel Messi (Barcelone)

Impossible de ne pas citer les noms de Ronaldo et Messi, les Tic et Tac du Ballon d’or (l’amitié en moins), cinq trophées au compteur pour le premier, six pour le second. Les deux ne réalisent pas le meilleur exercice de leur carrière, c’est certain, mais on connait leur capacité à se transcender dans le "money time", à briller dans les matchs qui comptent. Et il en restait…

Cristiano Ronaldo (35 ans) en est pour le moment à 32 buts en 41 matchs en 2019-2020, dont 7 sur les 7 dernières journées de championnat. Et si la Juve ne régale pas depuis la reprise de la Serie A, elle s’apprête tout de même à valider un nouveau titre, et devrait arriver déterminée face à Lyon en Ligue des champions. Compétition où depuis des années, CR7 enfile les buts comme des perles une fois sorti des poules.

Lionel Messi (33 ans) a lui vu la Liga lui échapper au profit du rival madrilène, après un exercice compliqué avec le Barça sur le plan collectif. Parfois pointé du doigt dans les médias, plus pour ses supposés agissements en dehors du terrain que sur, l’Argentin a tout de même fini meilleur buteur du championnat d’Espagne (25 buts). Et, comme son meilleur ennemi, il a toujours un huitième de finale retour de C1 à disputer.

Karim Benzema et Sergio Ramos (Real Madrid)

Evoquer leurs noms il y a quelques mois aurait pu faire sourire, mais depuis la reprise des grands championnats, ces deux-là s’invitaient régulièrement dans les débats. Et pour cause: si le Real a gagné sa bataille à distance avec le Barça pour la conquête de la Liga, il le doit en grande partie au patron de son attaque et à son emblématique capitaine.

Karim Benzema depuis le déconfinement, c’est 7 buts en 11 journées (21 en tout en Liga), des inspirations géniales, et l’impression d’atteindre son meilleur niveau, à 32 ans désormais. Le Français commençait en plus à bénéficier d’un certain lobby chez quelques médias espagnols, toujours actifs sur le sujet du Ballon d’or.

Sergio Ramos (34 ans) a lui tenu la défense merengue comme un chef au côté de Varane, et a accessoirement terminé deuxième meilleur buteur madrilène en championnat (11 réalisations) grâce à ses penalties. Confirmant, si besoin était, son statut de légende du club.

Kevin de Bruyne (Manchester City)

Marre des machines à buts? L’un des autres candidats crédibles au Ballon d’or 2020 était jusque-là Kevin de Bruyne. Epargné par les blessures en 2019-2020 (13 buts, 21 passes), le Belge de 29 ans s’est imposé comme le maître à jouer de City, et sans doute comme le meilleur milieu offensif du monde ces derniers mois, aussi bien avant qu’après le confinement. Bien sûr, la perte du titre en Premier League lui aurait été défavorable. Mais il n’a échappé à personne que les Skyblues ont les cartes en main pour sortir le Real en Ligue des champions.

Mohamed Salah (Liverpool)

Comme l’an passé, difficile de sortir un seul joueur de l’effectif de Liverpool, cette machine collective parfaitement rodée qui a roulé sur le championnat d’Angleterre, pour conquérir un premier titre depuis 1990. Mais alors que Virgil van Dijk semble un peu moins insurmontable que l’an passé (tout est relatif), c’est peut-être Mohamed Salah qui avait le plus de chances parmi les Reds, avec ses 23 buts et 12 passes en 46 rencontres. Une fausse note toutefois: l’élimination de Liverpool face à l’Atlético en 8e de finale de la C1, qui lui aurait offert moins d’exposition que ses rivaux.

Kylian Mbappé (PSG)

Le champion du monde n’ayant plus disputé de match officiel depuis le 11 mars, il avait logiquement moins marqué les esprits que les autres candidats ces derniers mois. Mais rappelons tout de même que le PSG a été sacré champion de France avec l’arrêt définitif de la saison, et que l’ancien Monégasque a terminé meilleur buteur de Ligue 1 (18 buts). Surtout, le tirage au sort du Final 8 de la Ligue des champions a offert un parcours "abordable" au PSG jusqu’en finale…

CC