RMC Sport

Ballon d'or: pourquoi les Bleus finissent placés mais pas gagnants

Un seul Français (Antoine Griezmann) figure finalement sur le podium du classement final du Ballon d'or, à la 3e place, malgré le titre mondial décroché par les Bleus en Russie. Un scandale? Plutôt le syndrome de la dispersion des voix.

Il n'y aura donc pas de Ballon d'or français cette année. Malgré un titre de champions du monde, malgré des performances en club remarquables pour plusieurs Tricolores. Antoine Griezmann se classe finalement troisième pour la deuxième fois après 2016, Kylian Mbappé est quatrième, Raphaël Varane septième. Hors du top 10, N'Golo Kanté est 11e, Paul Pogba 15e, le capitaine Hugo Lloris 29e. Des noms auxquels il faut ajouter Karim Benzema, 17e.

Courbis rêvait d'un podium 100% français

On est loin de ce podium 100% français qu'imaginait notre membre de la Dream Team RMC Sport Rolland Courbis, en octobre dernier. "Varane, Griezmann et Mbappé, citait-il alors. Et Kanté en 4. Varane va finir premier ou deuxième. On va se pencher sur ce qu'il a gagné ces dernières années, on se demande pourquoi il ne gagnerait pas. Griezmann? Son parcours est assez superbe avec la Ligue Europa. Et Mbappé, mais je pense que les journalistes vont être freinés par son âge."

Modric, une autre idée du football?

Luka Modric s'est finalement assez largement détaché en termes de voix obtenues, ne laissant que des miettes à ses poursuivants. L'écart entre les trois suivants était moins importants mais les jeux semblaient faits pour le trophée. Le privilège d'avoir remporté une troisième Ligue des champions d'affilée avec le Real Madrid avant de disputer la finale de la Coupe du monde. Sans doute une question d'image aussi, dans la volonté de voir, après le règne sans partage de Lionel Messi et Cristiano Ronaldo, un joueur ultra collectif et sans doute moins médiatique émerger, comme aurait pu l'être un Andrés Iniesta ou un Xavi en 2010.

Pas de candidat faisant l'unanimité

Qu'a-t-il manqué aux Français? Rien... si ce n'est un peu de solitude. Les Tricolores auront payé la dispersion des voix, avec trois joueurs dans les sept premières places, six champions du monde nommés. Difficile de départager un Varane auteur d'un incroyable doublé Coupe du monde-Ligue des champions, d'un Griezmann décisif durant le Mondial et la conquête de la Ligue Europa avec l'Atlético, ou d'un Mbappé qui a tant marqué les esprits par sa précocité et ses gestes de classe. Profusion signifie aussi éparpillement des votes et donc émergence d'une autre hypothèse.

Reste aussi la théorie d'un sacre plutôt boudé sur la scène internationale, pour son manque de flamboyance dans le jeu. La France a-t-elle vraiment fait rêver le monde lors de son parcours en Russie? Pas si sûr... Question de jeu, de scénarios de matchs, de rôle de l'arbitrage aussi. Mais ne vaut-il pas mieux deux étoiles plutôt qu'un Ballon d'or?