RMC Sport

Classement Fifa: comment ça marche

Eden Hazard (Belgique)

Eden Hazard (Belgique) - AFP

Avec sa victoire mardi soir contre Israël (3-1), la Belgique est assurée de prendre la première place du prochain classement Fifa au début du mois de novembre. Explications sur le mode de calcul de cette hiérarchie qui devrait également voir, notamment, le Chili se hisser au 5e rang, l’étonnante Autriche accrocher la 10e place ou encore la France végéter aux alentours de la 20e.

- Un savant calcul

Le classement Fifa, hiérarchie mondiale souvent raillée, est établi selon un calcul très précis. Pour faire simple, il s’agit d’une multiplication entre le résultat (3 pts pour une victoire, 1 pt pour un nul, 0 pt pour une défaite), l’importance du match, la valeur de l’adversaire et le coefficient de la confédération si les deux équipes ne sont pas issues de la même (1 pour l’Amérique du Sud, 0,99 pour l’Europe, 0,85 pour les autres). Une moyenne sur l’année est retenue.

- Priorité aux matches officiels

Didier Deschamps le sait, la France n’a pas les moyens de vraiment améliorer son classement Fifa jusqu’au début de l’Euro 2016. Car les matches amicaux (x1) sont dévalués par rapport aux rencontres officielles, notamment en éliminatoires (x2,5). Les matches de la Coupe du monde sont les plus favorisés (x4).

- Une prime aux victoires contre les "gros"

Battre en match officiel une équipe bien classée, c’est la meilleure solution pour grimper dans la hiérarchie mondiale. La valeur de l’adversaire est déterminée par une soustraction entre 200 et le rang de l’équipe. La victoire de l’Irlande contre l’Allemagne, la semaine dernière à Dublin (1-0), va par exemple rapporter gros puisque la Mannschaft était 2e du classement du Fifa.

- Les quatre dernières années prises en compte

Le classement Fifa ne prend en compte que les résultats obtenus sur les quatre dernières années. Et encore, si l’année en cours est enregistrée à 100%, le calcul des précédentes est dégressif : 50%, 30% et 20%. Avec dix victoires, deux nuls et une seule défaite depuis la rentrée 2014, la Belgique a donc fait le plein.