RMC Sport

Commotions cérébrales: l'UEFA lance une campagne de prévention

L'UEFA a dévoilé une campagne de sensibilisation pour la gestion des commotions cérébrales dans le football, qui font l'objet d'une réflexion de plus en plus poussée au sein des instances dirigeantes. La possibilité d'introduire des remplacements temporaires est ainsi étudiée.

C'est un nouveau pas dans la prise de conscience de ce sujet sensible. L'UEFA a présenté mardi une campagne de sensibilisation portant sur la gestion des commotions cérébrales dans le football. "La campagne vise à éduquer les joueurs, les entraîneurs, les arbitres, les médecins et le grand public (...) sur l'importance de respecter les décisions du médecin de l'équipe lorsqu'un joueur a subi une commotion soupçonnée ou avérée", explique l'instance européenne, à l'occasion du début de la deuxième journée de la Ligue des champions.

Cette campagne inclut une vidéo, insistant sur les étapes à respecter lorsque la situation se présente: "Reconnaître, rapporter et remplacer en cas de commotion cérébrale". L'UEFA souligne ainsi que "le médecin de l'équipe est la seule personne qui peut prendre la décision pour le joueur de rester sur le terrain ou d'être remplacé" et que cette décision "doit être toujours respectée", y compris par le joueur concerné.

Des remplacements temporaires envisagés

Cette nouvelle opération de communication marque une avancée supplémentaire dans le traitement des commotions cérébrales dans le football. Traité depuis plusieurs années dans d'autres sports, tels que le football américain ou le rugby, ce sujet médical fait désormais l'objet de nombreuses réflexions parmi les différents acteurs du football. Cela est dû notamment à plusieurs cas très médiatique ces dernières années, tel que celui du gardien allemand Loris Karius en finale de la Ligue des champions 2018.

Plusieurs voix se sont élevées pour réclamer l'instauration d'un protocole plus strict pour la prise en charge de joueurs victimes d'une commotion cérébrale potentielle ou confirmée, afin de limiter les risques (potentiellement mortels) pour la santé des joueurs. L'International Football Association Board (IFAB), l'organisme qui régit les lois du jeu, étudie notamment l'introduction de remplacements temporaires pour permettre aux médecins d'avoir le temps de réaliser les examens nécessaires. Une pratique déjà en vigueur au rugby.

Pour l'heure, les médecins de clubs ne disposent que de trois minutes pour traiter un joueur blessé sur la pelouse. Un délai "insuffisant", selon la commission médicale de l'UEFA, qui estime que les médecins peuvent être "soumis à une pression excessive des joueurs et des officiels".

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour regarder la Ligue des champions et la Ligue Europa

JA