RMC Sport

Copa America: l'Argentine au bord du gouffre face au Qatar

Battue par la Colombie (2-0) et bousculée par le Paraguay (1-1), l’Argentine jouera sa survie en Copa America ce dimanche soir face au Qatar (21h). Pour voir les huitièmes, Lionel Messi et les siens devront impérativement dominer le champion d’Asie, ou espérer un miracle en cas de nul.

Depuis quelques années, en Copa America, l’Argentine nous avait habitué à démarrer la compétition tambour battant, avant de craquer au tout dernier moment, avec quatre défaites en finale sur les cinq dernières éditions. Mais en 2019, les joueurs de l’Albiceleste ont décidé d’innover: ils pourraient prendre la porte dès la phase de poule.

Des débuts cauchemardesques

La compétition, qui devait être – comme à chaque fois – celle du rachat pour les hommes de Lionel Scaloni, a débuté comme un cauchemar. Il y a une semaine, les Argentins ont été battus par la Colombie (2-0) pour une première défaite en ouverture de la Copa America depuis 40 ans. Et alors qu’ils se voulaient confiants pour la suite, ils ont frôlé jeudi la catastrophe contre le Paraguay, arrachant le nul (1-1) grâce à un penalty de Messi, et un autre manqué côté paraguayen.

Conséquence: l’Argentine est dernière du groupe B, derrière la Colombie (6 points), le Paraguay (2 points) et le Qatar (1 point, -1 en différence). Toujours en vie, mais contrainte à un résultat ce dimanche soir à Porto Alegre (21h) contre le pays du Golfe pour voir les huitièmes. Et quand on dit résultat, on parle de victoire. En cas de nul, il faudrait en effet que le Paraguay s’incline lourdement contre la Colombie, et que le Japon et l’Equateur se tiennent en échec dans le groupe C, pour que l’Albiceleste finisse parmi les deux meilleurs troisièmes.

Messi combatif, mais impuissant

Ce serait un miracle, et ce ne serait franchement pas mérité, vu ce qu’a proposé la bande à Scaloni jusqu’à présent. Un sélectionneur dont les choix peuvent d’ailleurs surprendre, puisque Di Maria et Agüero ont débuté sur le banc contre le Paraguay, et que Dybala n’a toujours pas eu droit à une minute de jeu. Messi, un peu seul au monde, a tenté de montrer l’exemple, mais a encore semblé loin de son niveau au Barça, où ses coéquipiers jouent pour lui, ou du moins avec lui.

En leader, la Pulga – qui pourrait prendre sa retraite internationale en cas d’élimination – a tenté de rester positif, et a remobilisé les troupes. "Ce serait fou de ne pas passer, a confié la star barcelonaise à l’issue du match contre le Paraguay. Nous allons le faire, nous traversons une période difficile, mais nous sommes concentrés mentalement sur la victoire. […] Nous savions que ce serait compliqué de rechercher la performance. Nous n'avons pas le temps, ce n'est pas facile de jouer la Copa America, c'est très serré et les matchs sont plus équilibrés. Le vestiaire est blessé par la situation."

Un pays qui a perdu patience

Par la situation, par les moqueries du public brésilien, qui prend toujours un plaisir fou à voir le rival dans le dur, et par les critiques venant du pays. Il y a quelques jours, la légende Diego Maradona a encore allumé la sélection. "Tu te rends compte que même les Tonga peuvent nous battre? Ce maillot, tu dois le sentir, il doit te faire vibrer, la putain de ta mère", a-t-il taclé. Et si les médias sont moins vulgaires, ils ne sont pas plus tendres. La Nacion, l’un des principaux journaux, parle ainsi de son équipe nationale comme d’une "âme en peine qui va continuer à souffrir". "L’Argentine passera au tour suivant si elle gagne, précise le titre, mais le problème est qu’elle doit marquer pour cela. Or, le seul but inscrit l’a été sur penalty, grâce au VAR…"

Pour se sortir de ce bourbier, Otamendi, Paredes, Lo Celso et compagnie devront donc faire fi de ce lourd contexte ambiant. Surtout, ils devront prendre le dessus sur une équipe du Qatar loin d’être ridicule pour sa première invitation. En plein développement en vue du Mondial 2022, et récemment victorieuse de la Coupe d’Asie, elle a remonté un écart de deux buts face au Paraguay (2-2) avant de concéder une courte défaite contre la Colombie (1-0) en craquant à la 86e. Le sélectionneur qatari, Felix Sanchez, a estimé que ses hommes "ont toutes leurs chances de se qualifier". Il est loin, le temps où l’Argentine effrayait…

Clément Chaillou