RMC Sport

Coupe de France: Avranches maintient son rêve de jouer au Stade de France (quitte à donner du calva au PSG)

-

- - AFP

Qualifié pour les quarts de finale de la Coupe de France, Avranches recevra le PSG le 4 ou 5 avril prochain. Le club de National aimerait jouer cette affiche au Stade de France et espère que le club de la capitale l’aidera financièrement pour assouvir ce rêve.

L’US Avranches compte bien que l’on se souvienne de son quart de finale de Coupe de France face au PSG, le 4 ou 5 avril prochain. Le club pensionnaire de National aimerait organiser la rencontre dans un stade plus grand que René-Fenouillère (2 000 places), son enceinte habituelle. Le rêve de Gilbert Guérin, le président d’Avranches, est de délocaliser cette rencontre au Stade de France. Mais le coût de la location étant de 800 000 euros, cela ne se fera pas sans l’aide du PSG.

A lire aussi >> Et si Avranches recevait le PSG... au Stade de France?

« On a besoin de leur accord financier, admet Gilbert Guérin au micro de France Bleu Normandie. S’ils veulent jouer le jeu avec nous… Ça fait un peu d’argent mais pour eux c’est un baril de pétrole, ce n’est pas grand-chose. On leur filera un baril de calva s’il faut, en échange. Le jeu en vaut la chandelle et je ne vais pas lâcher l’idée avant d’avoir creusé le truc. J’attends d’avoir eu Noël Le Graët pour savoir si la fédé veut faire quelque chose. »

« Je ne cherche pas à faire de l’argent »

En cas d’échec des négociations pour jouer au Stade de France, la ville et le club de Caen ont déjà donné leur accord pour jouer à Michel d’Ornano. « Ça va être Paris, le Parc des Princes ou le Stade de France, ou Caen, précise Guérin. Sentimentalement, c’est Caen. Mon idée est d’inviter des gosses, des footballeurs de Basse-Normandie. Je ne cherche pas à faire de l’argent, c’est une affaire de souvenirs. Si on peut faire plaisir aux gosses, qu’ils se rappellent qu’ils ont vu le PSG et que c’est grâce à Avranches, ce sera un souvenir extraordinaire. »

A lire aussi >> PSG: Grzegorz Krychowiak n’a "jamais pensé à partir" 

Alexandre Alain Rédacteur