RMC Sport

Coupe de France: ça a chauffé entre les entraîneurs de Toulouse et Saumur

Si Toulouse s’est qualifié difficilement face au club amateur de Saumur ce mercredi (1-2), le ton est monté après la rencontre entre les deux techniciens Patrice Garande et Julien Sourice, selon La Dépêche du Midi.

La magie de la Coupe n’a pas toujours toutes ses vertus. Quelques minutes après le succès de Toulouse face à l’Olympique Saumur (N3) ce mercredi en huitième de finale de Coupe de France, les entraîneurs des deux équipes se sont échangés quelques mots doux alors que le ton est monté entre les deux hommes.

D’après les informations rapportées par La Dépêche du Midi, le technicien toulousain Patrice Garande a eu un échange virulent avec son homologue du soir, Julien Sourice.

Saumur aurait tenté de jouer sur un point de règlement

En cause, une réserve technique déposée par Saumur avant le coup d’envoi de la rencontre. Le club du Maine-et-Loire aurait tenté de jouer sur un point de règlement qui imposait aux équipes disputant la Coupe de France d'aligner une équipe composée d'au moins sept joueurs ayant disputé l'un des deux matchs précédents.

Toujours selon La Dépêche, les dirigeants toulousains auraient informé Saumur de la non-application de cette règle en amont de la rencontre, ce qui n’a pas empêché le club amateur de déposer cette réserve.

L’entraîneur toulousain était particulièrement remonté contre son homologue du soir et a tenu à lui faire savoir. Patrice Garande s'est aussi plaint de l’état du terrain, du prêt de ballons dégonflés lors de l’entraînement en avant-match et d’autres soucis d’organisations.

L’entraîneur du pensionnaire de National 3 a été invité à réagir en conférence de presse et a fait part de sa surprise quant aux arguments invoqués par Patrice Garande pour justifier sa colère : "Ce que je peux vous dire, c’est que cette histoire de ballons, c’est n’importe quoi, et quant à l’état du terrain, il suffit d’aller voir des matchs de N3 pour voir qu’il y a bien pire ailleurs. Et nous, on est un club amateur, on n’a pas cinq jardiniers en permanence pour prendre soin de la pelouse."

Luca Demange