RMC Sport

Monaco: Henry ne sait pas "si les mecs réalisent ce qui est en train de se passer"

Eliminé dès les 16es de finale de Coupe de France par Metz (Ligue 2) ce mardi soir (1-3), Monaco s'est une nouvelle fois incliné à domicile. L'ASM, qui n'a pas gagné le moindre match de championnat à Louis-II cette saison, semble développer un étrange syndrome devant son public, comme l'a laissé entendre Thierry Henry, qui veut que ses joueurs comprennent l'urgence de la situation.

Pas le moindre match gagné à domicile cette saison et une élimination dès les 16es de finale de Coupe de France ce mardi soir face à Metz (1-3)... Triste bilan à Louis-II pour Monaco, 19e de Ligue 1, qui engrange une nouvelle désillusion dans cette saison du chaos. En conférence de presse, Thierry Henry déplorait le visage de son équipe à domicile. Sans parvenir à l'expliquer.

"J'ai l'impression qu'il y a un vrai problème Louis-II, je ne sais pas pourquoi, j'ai du mal à saisir, estime l'entraîneur de l'ASM. J'ai du mal à croire qu'il y a un syndrome Louis-II mais ça fait un petit moment que cette équipe fait des erreurs individuelles, encore plus à domicile. Il y a une autre intensité. L'agressivité est différente à l'extérieur. J'ai du mal à vous expliquer pourquoi parce qu'on demande exactement la même chose."

"Il faut qu'on soit unis et qu'on avance"

Le technicien français a assumé la responsabilité de ce nouvel échec. "Je prends tout, le manque d'agressivité, le fait de ne pas être bien à Louis-II... Je prends!", insiste-t-il, avant d'envoyer un message pour le déplacement à Dijon samedi (20h), lors de la 22e journée de championnat. "Il faut qu'on soit unis et qu'on avance. C'est encore un coup dur mais il y le match contre Dijon", répète Thierry Henry. Un match de la peur entre le 18e et le 19e.

Et Thierry Henry s'inquiète du manque de réaction de ses joueurs. "Pour répondre franchement, je ne sais pas si les mecs réalisent ce qui est en train de se passer. Dire que ce n’est pas possible, qu’on va s’en sortir… ça ne marche pas comme ça. Il faut aller chercher, il faut le faire et arrêter de parler." 

A.Bo