RMC Sport

Rennes-PSG: Koubek a tenu la baraque, Kimpembe a plongé... les notes du sacre rennais

Mené 0-2 après vingt minutes de jeu, les Rennais se sont relevés de tout et ont créé l’exploit en finale de la Coupe de France en dominant le PSG, à l’issue des tirs au but (2-2, 6 tab à 5). Porté par un excellent Neymar en début de match, les Parisiens ont plongé après un but contre son camp de Presnel Kimpembe. Les notes du match.

Paris Saint-Germain

Kimpembe a décroché

Le PSG a cette fâcheuse habitude cette saison d’attirer les problèmes à lui, voire de créer les raisons de son échec alors que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Presnel Kimpembe n’a jamais respiré la sérénité exigée. Pire, il a instillé le doute dans l'esprit de ses partenaires. Comme trop souvent cette saison, le champion du monde a en plus ralenti le jeu de son équipe, par trop de tergiversations et une prise de risque inutile. Buteur contre son camp, il a relancé les Bretons et a manqué, derrière ce raté, plusieurs interventions défensives. Inquiétant.

>> Rennes-PSG: le film de l'exploit rennais !

Neymar, sans lui, ce n’est pas pareil !

Il y a une équipe du PSG avec et sans Neymar. Etincelant en début de rencontre, l’attaquant brésilien- dont on sait qu’il n’a pas recouvré la totalité de ses forces - s’est montré à son avantage par intermittence sur la pelouse du Stade de France. Buteur (22e) et passeur (13e), il a fait plier le Stade Rennais en première période et a provoqué un nombre incalculable de fautes. Et quand il a disparu des écrans radars, c’était pour mieux surgir à la fin du temps réglementaire (73e, 86e) et en prolongation (91e, 100e). Moins lucide ensuite, il a transformé son tir au but avec une facilité déconcertante. Sans toutefois offrir le trophée aux siens.

PSG

Areola: 5

Dagba: 6

Marquinhos: 4

Kimpembe: 3

Bernat: 4

Alves: 5,5

Verratti: 5

Draxler: 3

Di Maria: 5,5

Mbappé: 2

Neymar: 6

Stade Rennais

Koubek s’est employé

Complètement abandonné par sa défense sur les deux buts parisiens, le premier notamment, Thomas Koubek a su rester concentré pour intervenir devant Mbappé et sortir un centre fuyant de Daniel Alves. Le gardien tchèque s’est aussi envolé sur une frappe sans contrôle de l’international français, qu’il a détournée de la main gauche (45e), avant d’enlever, encore de la main gauche, une frappe de l’insatiable Daniel Alves (45e+3). Si Rennes a eu la force et le courage de revenir au score, c’est aussi parce que son gardien lui a permis d’espérer.

Ben Arfa est monté en puissance

Plutôt discret en première période où il a trop peu fait profiter son équipe de cette faculté à dicter le tempo d’une rencontre, à accélérer subitement, à faire vivre le ballon par ses qualités techniques hors du commun, Ben Arfa a accéléré à la reprise. Le milieu international a touché de plus en plus de ballons et parfois pris l’ascendant sur les Parisiens. Mais il est resté muet pour la quatrième fois d’affilée en Coupe de France, après avoir inscrit cinq buts lors des cinq derniers matches. Il a trop souvent opté pour les mauvais choix et a plongé physiquement en fin de match. Il n'a pas tremblé face à Areola.

Rennes

Koubek: 7

Hamari Traoré: 5

Da Silva: 6

Mexer: 6

Bensebaini: 4

Sarr: 5

André: 6

Grenier: 5

Bourigeaud: 7

Ben Arfa: 6,5

Niang: 6

RMC Sport