RMC Sport

Coupe de la Ligue : Toulouse fait un peu plus souffrir l’OM

-

- - -

Au terme d’un match équilibré, Toulouse a dompté l’OM (2-1 ap) en quarts de finale de la Coupe de la Ligue. Une qualification arrachée lors de la prolongation grâce à un but de Martin Braithwaite. Privé de nombreux titulaires ce mercredi, Marseille s’enfonce un peu plus dans la crise.

LES TOPS

Wissam Ben Yedder (Toulouse)

Il est l’homme phare du TFC, tant dans les rubriques « transferts » des gazettes que sur le terrain. Son président Olivier Sadran a sans doute raison de fermer la porte pour un joueur dont l’apport est indispensable dans la quête de maintien toulousaine. Sur la lancée de son triplé à Reims samedi, Wissam Ben Yedder, s’il ne diffuse pas une joie de jouer démesurée, a encore scoré (26e) ce mercredi. Son plat du pied décroisé parfait n’a laissé aucune chance à Yohann Pelé. Ses prises de balles, le plus souvent tournées vers l’avant, ont créé du frisson. Techniquement au-dessus.

La paire Batshuayi - Nkoudou

Son individualisme est parfois crispant. Mais à Marseille, il est pratiquement le seul à créer du danger. Si Lassana Diarra tient la baraque au milieu de terrain, Michy Batshuayi est celui qui pèse devant dans son rôle de pivot. Sur l’égalisation olympienne, il garde d’abord le ballon, semble s’enferrer dans une série de dribbles inutiles avant de servir George-Kevin Nkoudou. Outre son joli but, l’ancien Nantais a apporté sa vitesse et ses appuis, des qualités rares dans l’effectif marseillais.

Zinédine Machach (Toulouse)

Espoir toulousain (20 ans), Zinédine Machach, huit fois titulaire en Ligue 1 cette saison, a éclairé le milieu du TFC ce mercredi. Le numéro 13 toulousain, positionné assez haut, a affiché des qualités techniques intéressantes. Ses dribbles comme ses remises à une touche ont souvent créé du déséquilibre, sans qu’il ne soit récompensé d’une action décisive.

LES FLOPS

Ali Ahamada

Ses prises de balles incertaines inspirent davantage les attaquants adverses qu’elles ne rassurent sa défense. Entre les mains d’Ali Ahamada, le ballon a parfois l’air d’une savonnette. Sur l’égalisation de George-Kevin Nkoudou (28e), la frappe enroulée est certes difficile à aller chercher. Mais son placement, sa manière de fermer l’angle et surtout son temps de réaction trop long engagent sa responsabilité sur l’action.

Le niveau technique

On ne pouvait pas faire pire que l’insondable OM-Guingamp, triste conclusion de la 20e journée de Ligue 1 dimanche (0-0). Ce mercredi, esprit de Coupe oblige, les intentions étaient là des deux côtés. On a donc assisté à une rencontre engagée. Après deux buts inscrits en moins d’une demi-heure, le match laissait même présager un joli spectacle. Mais pour les deux équipes en souffrance en ce moment, que ce fut compliqué techniquement et notamment dans les transmissions de balle. On a ainsi assisté un festival de passes ratées et de ballons immédiatement rendus à l’adversaire pour de trop rares éclairs.

L’axe défensif de l’OM

Baladée sur le but de Ben Yedder, la paire composée de Rolando et Stéphane Sparagna a donné des gages de sécurité tout relatifs. Que ce soit dans ses alignements ou au marquage, le duo a souffert avec en point d’orgue, ce petit pont de Martin Braithwaite sur Sparagna pour le but de la qualification (99e).

la rédaction