RMC Sport

Lens : en visite dans le nouveau Bollaert

C’est dans un stade Bollaert fraîchement rénové que le RC Lens reçoit l’AC Ajaccio ce mardi (18h30) au premier tour de la Coupe de la Ligue. Après une saison d’exode à Amiens, le club nordiste a enfin retrouvé son enceinte mythique, désormais modernisée et prête à accueillir des rencontres de l’Euro 2016.

L’exode est enfin terminé pour le RC Lens. Après plus d’un an loin de chez lui, le club nordiste a retrouvé le Stade Bollaert-Delelis samedi à l’occasion de la réception du Red Star (1-1), lors de la 2e journée de Ligue 2. Un retour « à la maison » qui résonne comme un nouveau départ pour les Sang et Or, contraints de jouer à Amiens leurs rencontres à domicile la saison dernière en Ligue 1 en raison des travaux de rénovation de Bollaert pour accueillir quatre rencontres de l’Euro 2016 (trois matchs de poule et un 8e de finale).

Un simple coup d’œil suffit à voir que le lifting, qui sera définitivement terminé en octobre, est réussi. Les sièges gris ont remplacé les jaunes et rouges, la capacité de la tribune Marek (celle du kop) a été augmentée, le toit a été agrandi afin de protéger toutes les places assises, un système de récupération de l’eau de pluie a été mis en place et les conditions d’accueil ont été revues. « C’est le jour et la nuit pour tout le monde, explique Damien Vanoisen, responsable de la sécurité en charge du stade. Il y a la sécurité avec le contrôle d’accès qui a été modifié et informatisé. Tout a été fait pour de nouveau augmenter le confort des spectateurs mais aussi répondre à une mise aux normes du stade. »

Martel : « Un stade qui commençait à vieillir »

Pour le grand retour du RCL à Bollaert, plus de 13 000 supporters ont pris leur abonnement pour la saison et plus de 32 000 fidèles étaient là contre le Red Star, dans une ambiance digne de la Coupe d’Europe. « Rejouer à Bollaert, on attend ça depuis plus d’un an, confiait Gervais Martel avant la rencontre. C’est un stade fabuleux, qui a connu des moments extraordinaires mais qui commençait à vieillir, comme toute structure. On le retrouve maintenant aménagé pour toutes les catégories, pour nos partenaires, nos supporters, le grand public. Ça a été une épreuve de force quand même. Quand ils ont décidé de faire les travaux sur un an, j’avais un peu d’inquiétude. Il y a encore un mois ou deux, je me disais encore qu’on n’allait pas être capables de reprendre à Bollaert en début de saison. Ça aurait catastrophique. » Le défi était grand, mais il est largement réussi.

AA avec J.Bo