RMC Sport

Coupe des Confédérations: le triomphe de la jeunesse allemande

Joachim Löw avait fait le choix de se passer de la plupart des champions du monde afin de préparer le Mondial 2018. Pari réussi, le vivier est illimité. Et le Chili en a fait les frais en finale (1-0).

Et à la fin… c’est l’Allemagne qui gagne. Peu importe qu’elle soit privée de la plupart de ses champions du monde (Özil, Neuer, Boateng ...), ou bousculée par le Chili comme en finale, la Mannschaft dispose de ressources illimitées. Rien ni personne, ou presque, ne semble capable de l’arrêter. La Coupe des Confédérations n’a pas dérogé à la règle.

D’un bout à l’autre de la compétition, excepté peut-être les deux oppositions face au Chili (1-1, 1-0), en phase de poules et en finale, les Allemands, insatiables, ont récité leur football. Dans le sillage de jeunes joueurs, dont certains, plus habitués aux joutes de la catégorie des moins de 21 ans, figurent parmi les révélations dans la compétition, l’Allemagne a pris rendez-vous. Pour le Mondial 2018, tout d’abord, le message est fort. Pour les années à venir ensuite.

>> Coupe des Confédérations; l'énorme boulette de Diaz qui fait le bonheur de l'Allemagne

La formation allemande, un modèle exposé à la face du monde

Remporter la compétition pour la première fois de son histoire avec le groupe le plus jeune de la compétition (24 ans et 4 mois de moyenne), c’est un véritable coup de force, assurément. “Ma priorité était d’offrir de l’expérience aux joueurs, qui puisse leur servir à l’avenir, et les développer: nous avons atteint à 100% cet objectif”, déclarait Joachim Löw avant la finale. Et c’est peu de le dire, alors que trois jours plus tôt, les moins de 21 ans ont dominé l’Espagne en finale sans qu’il y ait quelque chose à redire.

L'Allemagne succède au Brésil

Le plan de jeu est intégré chez le Espoirs, restait à offrir aux quelques promus chez les “A” cette expérience du très haut niveau international. La finale face au Chili, d’autant plus dangereuse qu’elle évoluait avec l’ensemble de ses cadres, faisait figure de test ultime pour les coéquipiers de Leon Goretzka et Timo Werner, passeur pour Stindl sur l'unique réalisation de la partie. L'Allemagne a, certes, souffert en première période, mais elle a su faire preuve d'une maturité étonnante pour faire déjouer le Chili, souvent maladroit, il faut bien le dire, en seconde période. Invaincue, l'Allemagne succède au Brésil et remporte la dixième édition de la Coupe des Confédérations.

>> REVIVEZ LA FINALE 

>> Coupe des Confédérations: Juan Carlos Osorio craque (encore) en fin de match

QM