RMC Sport

Chambrage des Argentins, buts dans les pubs… Monfils raconte comment les Bleus illuminent son Wimbledon

Gaël Monfils

Gaël Monfils - AFP

Gaël Monfils, qui a écarté Richard Gaquet au 1er tour de Wimbledon ce lundi, a vu son début de tournoi marqué par le huitième de finale victorieux des Bleus contre l’Argentine (4-3) samedi.

Si Gaël Monfils se refuse à donner l’identité du préparateur mental et du physio qui l’accompagnent à Londres, en revanche, quand on le branche Coupe du monde de foot, ses yeux ronds s’illuminent. D’ailleurs, la manière dont il a suivi France-Argentine (4-3) en huitième de finale de la Coupe du monde, samedi dernier, est cocasse.

"J’allais voir les buts dans les pubs"

"J'ai regardé la première mi-temps normalement. Après, je ne vous cache pas que ma petite femme, qui est Suisse, s’en foutait un peu du match. J’ai suivi la deuxième mi-temps en marchant dans Londres, en me tenant au courant par le téléphone, par textos, en allant dans des pubs voir les buts."

"Bravo à toi Kylian"

Et "La Monf" est accro aux Bleus. Et surtout à Kylian Mbappé. "Dans les vestiaires, avec Diego Schwartzman et Juan Martin Del Potro (Argentins tous les deux) on rigolait et il a des mecs qui m’ont dit : ‘’Mbappé, il court plus vite que toi !’’ Je pense qu’effectivement, il court plus vite moi. Quand il provoque le penalty, sa double accélération est juste incroyable. De toute façon, je suis supporter de Paris, je l’ai déjà vu percer. Je pense qu’il a encore plus dans son chapeau. Je ne l’ai jamais rencontré. Il a l’air d’être un athlète tranquille, qui aime bien sa famille, qui a des valeurs. Il s’affirme de plus en plus. Il évolue au côté de grosses stars et parvenir à s’imposer et même à briller - voire plus qu’elles - je trouve ça incroyable. Bravo à toi Kylian."

Mercredi, Gaël Monfils, tombeur ce lundi de Richard Gasquet, disputera son deuxième tour face à l’Italien Paolo Lorenzi. Un joueur à sa portée. Ses chances d’être sur le court vendredi, jour de France-Uruguay, sont loin d’être nulles…

dossier :

Gaël Monfils

ES, à Londres