RMC Sport

Coupe du monde: 191 passes réussies en 120 minutes... le style minimaliste de la Russie a puni l'Espagne

En éliminant l'Espagne, championne du monde en 2010, dès les 8es de finale (1-1, 4 à 3 aux tirs au but), la Russie a créé l'une des sensations de cette Coupe du monde 2018. Une performance qui prend même un peu plus de relief au regard des statistiques relevées à la fin de la partie.

S'il ne fallait retenir que les chiffres, l'Espagne serait sans doute en route pour s'adjuger une deuxième Coupe du monde dans son histoire. Mais la Roja a chuté brutalement, ce dimanche, face à la Russie après un 8e de finale longtemps fermé et ennuyant (1-1, 4-3 aux tirs au but). Punis par leur possession gargantuesque mais stérile (79% de possession de balle contre 21% pour les Russes), les champions du monde ont pris la porte. 

Au diable la possession, vive l'efficacité

Les chiffres ont pourtant de quoi donner le vertige. Au cours de la partie, les coéquipiers d'Andrès Iniesta ont tenté 1114 passes pour 1006 réussies. Soit un record depuis l'existence d'Opta en 1966. Beaucoup de redoublements de passes pour, au final, très peu d'occasions franches (20 occasions, 24 tirs pour 9 tirs cadrés). 

Les Russes, eux, ont adopté un style beaucoup plus minimaliste qui a fait plier la Roja. Avec seulement 290 passes échangées pour 191 réussies, la sélection a subi la maîtrise technique ibérique sans toutefois jamais rompre. Pour preuve, le but inscrit sur penalty par Dzyuba est son seul cadré en 120 minutes de jeu !

D'ailleurs, la Russie est la première équipe à ne pas effectuer le moindre tir lors d'une prolongation en Coupe du monde depuis... l'Italie face à la France en finale de l'édition 2006. Le vainqueur de Croatie-Danemark est donc prévenu: l'efficacité est synonyme de victoire pour le pays hôte. 

R.D