RMC Sport

Coupe du monde 2019: combien toucheront vraiment les Bleues?

L'argent accordé aux joueuses de l'équipe de France au terme de la Coupe du monde 2019 sera déterminé selon la méthode de calcul appliquée pour les hommes de Didier Deschamps en 2018. Des primes additionnelles pourraient néanmoins s'ajouter aux sommes que les Bleues percevront.

Si le sujet a fait désordre au sein de certaines sélections, il n'en est rien pour l'équipe de France. Les discussions entre Noël Le Graët, président de la Fédération française de football (FFF), et les Bleues au sujet des primes pour leur parcours à la Coupe du monde 2019 n'a suscité aucun souci particulier.

Pour déterminer la somme qui sera allouée au groupe de Corinne Diacre, il a été décidé de suivre la règle choisie pour l'équipe masculine en 2018: les joueuses se partageront 30% du pactole versé par la Fifa à la FFF, même si le montant est dix fois moins important entre les deux Coupes du monde.

Une prime supplémentaire?

Le vainqueur de l'édition 2019 du mondial féminin gagnera deux fois plus que celui de 2015, grâce notamment aux nouvelles rentrées publicitaires et aux droits TV. Cela fera donc 3,5 millions d'euros pour l'équipe qui remportera la finale le 7 juillet prochain.

Chez les hommes, 33,8 millions d'euros étaient promis au vainqueur 2018. La FFF avait donc réparti 11,4 millions d'euros entre les joueurs et les quatre membres du staff. Ils avaient chacun reçu 370.000 euros. Il en sera ainsi de même pour l'équipe féminine. Chaque joueuse recevra donc 48.000 euros. Elles auront également une prime en cas de présence en finale (40.000 €) ou de troisième place (plus de 30.000 €).

La FFF se laisse la possibilité de faire un geste supplémentaire en cas de titre. Cela se traduirait par une sorte de récompense de sélection dans la liste des 23. Cette prime additionnelle avoisinerait alors les 12.000 euros.

Un avantage par rapport à l'équipe masculine

Comme les garçons, les joueuses n'ont pas droit aux primes d'image. À l'inverse, elles touchent 4.000 euros par match joué dans une saison (hors compétition officielle) sous le maillot bleu pour compenser les différences de salaires entre les joueuses dans leurs clubs respectifs et pour faire un geste par rapport aux salaires perçus par les hommes.

Sur une saison, l'équipe de France féminine prend part à une dizaine de rencontres, ce qui permet à une joueuse appelée à chaque fois de recevoir 40.000 euros.

JA avec Jean Rességuié et Anthony Rech