RMC Sport

Coupe du monde 2022: "Si j'étais chef de l'Etat, je ne me rendrais pas au Qatar", lâche Hollande

A l'occasion du festival "Demain le sport" organisé ce jeudi, François Hollande, président de la République de 2012 à 2017, s’est exprimé sur le thème de la diplomatie dans le sport. Il s'est exprimé sur la Coupe du monde et a assuré qu'il ne se serait pas rendu au Qatar s'il avait été le chef de l'Etat.

S'il n'appelle pas au boycott du Mondial 2022 (20 novembre-18 décembre), François Hollande prend ses distances avec l'épreuve disputée au Qatar. Celui qui a été président de la République de 2012 à 2017 a assuré ce jeudi qu’il ne "se rendrait pas au Qatar" à l’occasion de la prochaine Coupe du monde "s’il était chef de l’État" à ce jour. "Je ne le suis plus donc ma position est facile", a-t-il toutefois tempéré.

Invité du festival "Demain le sport", organisé par plusieurs médias à la Maison de la radio à propos de la diplomatie et du sport, il a été questionné sur le sujet controversé et très commenté du Mondial au Qatar.

"Pour un tel pays, accueillir un tel événement était un objectif depuis des années. Il y a consacré de grands moyens. En décembre 2010, quand l’attribution a été annoncée, ça n’a pas créé de polémiques particulières", constate l'ancien chef de l'Etat.

"Une position intenable pour les joueurs"

"Sur la situation d’aujourd’hui, sur notamment ce que représentent le chantier ou les entorses aux règles climatiques, il y a une différence, précise-t-il. Mais la position qui dit: 'N'y allez pas' me paraît intenable pour les joueurs. Quant aux téléspectateurs, heureusement que personne ne se trouve derrière pour lui dire ce qu’il a à faire ou pas." En tant que chef d'Etat, François Hollande s'était rendu au Qatar en 2013.

Emmanuel Macron n'a lui à ce jour donné aucune indication sur sa volonté ou non de se rendre au Qatar. Une chose est sûre, l'Equipe de France y sera elle pour défendre son titre.

P.B.