RMC Sport

Coupe du monde: il y a 16 ans, la Belgique faisait trembler le grand Brésil

Opposés vendredi en quarts de finale de la Coupe du monde, la Belgique et le Brésil vont se retrouver pour la première fois depuis le 17 juin 2002. Ce jour-là, les Diables Rouges avaient affiché une belle résistance face aux futurs champions du monde, avant de craquer devant le duo Rivaldo-Ronaldo.

Un choc qui s’annonce savoureux. Tombeurs respectivement en huitièmes du Mexique et du Japon, le Brésil et la Belgique s’affrontent vendredi (20h) en quarts de finale de la Coupe du monde. Ce sera le cinquième duel entre ces deux sélections qui ne se sont plus fait face depuis 2002. Grâce à son duo Rivaldo-Ronaldo, la Seleçao l’avait alors emporté (2-0) en huitièmes de finale du Mondial en Corée du Sud et au Japon. Un match qui doit rappeler des souvenirs douloureux aux Diables Rouges, qui avaient longtemps fait douter le grand Brésil, vainqueur de la compétition deux semaines plus tard, avant de craquer peu après l’heure de jeu.

Dès la première minute, Mbo Mpenza avait obligé Marcos à une belle parade sur une tentative de lob pour le moins osée. A la 26e, Marc Wilmots avait lui tenté un ciseau à l’entrée de la surface brésilienne. Avant de s’illustrer à nouveau dix minutes plus tard. Sur un centre de Gert Verheyen, Wilmots s’était élevé plus haut que Roque Junior pour tromper Marcos d’un puissant coup de tête. Sauf que le but avait été refusé par l’arbitre de la rencontre, le Jamaïcain Peter Prendergast, qui avait signalé une faute de Wilmots sur le défenseur de l'AC Milan. "Le Brésil ne m'a rien fait, c'est la Jamaïque. Moi, j'aime bien le Brésil", déclarera par la suite Wilmots au micro de la RTBF.

Le chef-d'œuvre de Rivaldo

Seize ans plus tard, Peter Prendergast, lui, ne regrette rien. "Quand je me trompe, je peux aisément le reconnaître mais là, ce n’était pas le cas. Je comprends qu’elle ait été décevante dans votre pays mais jamais personne, à la Fifa, ne m’a blâmé pour cette décision", a-t-il confié mercredi dans les colonnes de Sudpresse. Animés par la colère et l’incompréhension après ce but refusé, Wilmots et sa bande avaient donc fini par céder à la 67e sur une merveille d’enchaînement de Rivaldo. Après avoir contrôlé de la poitrine un ballon de Ronaldinho, le n°10 brésilien s’était retourné, avant de nettoyer la lucarne de Geert de Vlieger d’un missile du gauche.

Rivaldo
Rivaldo © AFP

A la 87e, Ronaldo enterrait les derniers espoirs belges d’un plat du pied gauche sur un centre de Kleberson. La suite est connue. Le Brésil efface l'Angleterre (2-1), la Turquie (1-0) et se paie l'Allemagne (2-0) en finale. Depuis, Belgique et Brésil ne se sont donc plus affrontés. En quatre confrontations, les Belges ne l'ont emporté qu'à une seule reprise, lors d'un match amical en 1963, et ont été défaits trois fois.

Les compos des deux équipes le 17 juin 2002

Brésil: Marcos - Cafu, Roque Junior, Lucio, Roberto Carlos - Juninho Paulista, Edmilson, Gabriel Silva - Ronaldinho, Ronaldo, Rivaldo

Belgique: De Vlieger - Peeters, Van Kerckhoven, Van Buyten, Goor - Walem, Wilmots, Vanderhaeghe, Simons - Mpenza, Verheyen

RR