RMC Sport

Coupe du monde: "Inch'Allah je rentre pas!", le remplaçant Rami craignait de devoir jouer

Très honnête, Adil Rami est revenu sur sa Coupe du monde sur TF1. Le défenseur confie que même s'il fournissait les efforts pour être au point physiquement, il ne se sentait pas de rentrer en jeu dans une équipe qui avait trouvé son équilibre.

Champion du monde et jeune retraité. Sitôt le titre mondial gagné au stade Loujniki de Moscou, Adil Rami a annoncé la fin de sa carrière internationale. Il n'a pas joué une minute en Russie, mais le défenseur est bien titré. Mais ce Mondial a été un peu particulier pour lui, comme il l'a confié sur le plateau de TF1.

"Tu es en Coupe du monde, tu n'as pas le droit de te louper"

"Avant la finale, je me suis remis les matches de l'équipe de France de 98, juste pour observer comment ils étaient par rapport à nous: l'attitude, tout ça. Je me suis mis à votre place (il s'adresse à Youri Djorkaeff, ndlr) et je me suis dit: comment c'est dur...", lâche d'abord Adil Rami.

Le défenseur de l'OM poursuit sur un plan plus personnel: "Il fallait que je sois prêt physiquement. Je devais m'entraîner tous les matins avec le préparateur physique Grégory Dupont. Parfois, j'avais peur de rentrer (en jeu, ndlr). Parce que quand tu rentres dans une équipe qui tourne bien et que tu es un peu moins bien physiquement, que tu n'as pas le rythme... Tu te dis que tu es en Coupe du monde et que tu n'as pas le droit de te louper. Alors, je me suis entraîné, je me suis donné les moyens d'être prêt. Mais sur le banc, je disais 'Inch'Allah je rentre pas, hein!"

N.B