RMC Sport

Coupe du monde tous les deux ans: l'UEFA martèle son opposition au projet

Dans un communiqué publié ce mercredi, l'UEFA répète son opposition au projet d'une Coupe du monde tous les deux ans, promu par la Fifa, et regrette les méthodes de la Fédération internationale de football.

L’UEFA maintient une position ferme et hostile à l’encontre du projet de la Fifa d’instaurer une Coupe du monde tous les deux ans dans un avenir proche. Un projet promu dans les médias par Arsène Wenger ces dernières semaines. Le président de la Confédération européenne, le Slovène Aleksander Ceferin, s’était déjà opposé publiquement à ce projet.

Dans un long communiqué publié ce lundi, il a réitéré un profond désaccord sur le fond de la question, mais également sur la forme: "L'UEFA est déçue de la méthodologie adoptée, qui a jusqu'à présent conduit à ce que des projets de réforme radicale soient communiqués et ouvertement promus avant d'avoir eu, avec d'autres parties prenantes, la possibilité de participer à une quelconque réunion de consultation."

Tenir compte de l'intérêt du jeu

La Fifa a récemment promis de réunir l’ensemble de ses fédérations et des parties prenantes à l’occasion d’une grande consultation sur l’avenir du calendrier. Mais il n’était alors pas question de la Coupe du monde, ce que l’UEFA semble regretter aujourd’hui, suggérant qu’elle n’a pas été consultée efficacement.

"L'UEFA est d'avis que l'avenir du calendrier international devrait faire l'objet d'une véritable consultation et d'un échange entre la FIFA, les confédérations et les principales parties prenantes des compétitions, en commençant par une discussion ouverte sur les problèmes perçus et en envisageant une série de solutions qui seront identifiées au cours du débat, en tenant compte de l'intérêt du jeu et du point de vue légitime des différentes parties."

L'UEFA exige d'être entendue

Et c'est d'autant plus fâcheux selon l'UEFA qu'elle identifie "quatre dangers réels": La dilution de la valeur de l'événement (déjà évoquée par Ceferin), l'absence d'opportunités pour les sélections les plus faibles de se montrer, moins de récupération pour les joueurs à l'intersaison, et enfin le risque pour le football féminin d'être éclipsé par la proximité entre ces grands rendez-vous masculins dont les compétitions alourdissent un calendrier déjà bien chargé.

"Le 14 septembre, l'UEFA et ses 55 associations membres ont demandé à la FIFA d'organiser une réunion spéciale avec eux pour pouvoir exprimer leurs préoccupations sur l'impact de tels plans. L'UEFA et ses 55 associations membres n'ont à ce jour pas encore reçu de réponse de la FIFA à cette demande", se désole l'UEFA. Le président de la Fifa, Gianni Infantino, a promis que des décisions seraient prises d'ici la fin de l'année.

Dans cette campagne d'opinion, la Fifa a d'ailleurs diffusé jeudi dernier un sondage en ligne faisant état d'une légère majorité d'amateurs de football soutenant l'idée d'un Mondial "plus fréquent". Cette étude contraste avec la nette opposition manifestée par plusieurs dizaines d'associations nationales de supporters.

QM