RMC Sport

Coupe du monde: un Japon très joueur s'offre le scalp d'une triste Colombie

-

- - AFP

Plombée par un carton rouge précoce et une défense trop perméable, la Colombie s'est inclinée face au Japon ce mardi (2-1) pour son entrée en lice dans cette Coupe du monde. Dominateurs, les Japonais ont poussé leurs adversaires à la faute et ont été récompensés.

Colombie-Japon: 1-2

Les buteurs: Shinji Kagawa (6e sp) et Yuya Osako (73e) pour le Japon, Juan Fernando Quintero (39e) pour la Colombie

Le onze de la Colombie: Ospina - Arias, Murillo, D. Sanchez, Mojica - C. Sanchez, Lerma - Cuadrado, Quintero, Izquierdo - Falcao

Le onze du Japon: Kawashima - Sakai, Yoshida, Shoji, Nagatomo - Hasebe, Shibasaki - Haraguchi, Kagawa, Inui - Osako

>> Revivez le match en live

On l'avait quittée séduisante en 2014. On la retrouve grimaçante aujourd'hui. Quart de finaliste au Brésil, la Colombie débute cette Coupe du monde 2018 sur un gros couac. A Saransk, les hommes de José Pekerman ont été battu par la sélection japonaise dans le premier match du groupe H (2-1). Une défaite à laquelle ne s'attendaient sans doute pas ces Colombiens, qui partaient favoris de cette poule avec la Pologne.

Carlos Sanchez, triste premier

Tout a commencé de travers pour la Colombie. Après trois minutes de jeu seulement, le match a basculé avec cette main flagrante de Carlos Sanchez dans sa surface sur un tir nippon. L'arbitre, M. Damir Skomina, a appliqué le règlement à la lettre; carton rouge direct pour le Colombien et penalty. Sanchez est ainsi devenu le premier joueur expulsé de cette Coupe du monde. Il est aussi le premier Colombien de l'histoire exclu en Coupe du monde. L'ancien joueur de Valenciennes aurait sans doute aimé inscrire son nom dans la légende autrement... Shinji Kagawa, lui, ne s'est pas fait prier pour donner l'avantage aux siens (6e).

Le Tigre Falcao s'est pourtant démené

Privé du Mondial 2014 à cause d'une maudite blessure au genou gauche, Radamel Falcao, 32 ans a enfin goûté à la Coupe du monde. Le Monégasque n'a pas ménagé ses efforts, en dépit du début de match cauchemar de la Colombie. C'est lui qui a le plus inquiété Eiji Kawashima dans le premier acte, et c'est surtout lui qui a obtenu le coup franc de l'égalisation... à l'expérience.

Alors qu'il venait d'être chargé dans la surface et n'avait rien obtenu, Falcao s'est vengé juste après en allant chercher une faute peu évidente à l'entrée de la surface. M. Skomina l'a suivi et le capitaine a laissé à Quintero le soin d'égaliser avant la pause. En seconde période, Falcao a quand même moins pesé.

Ce Japon est séduisant

Le remue-ménage autour de l'éviction de Vahid Halilhodzic il y a quelques semaines n'a pas ôté aux Japonais leur envie et leur solidarité. Si les Colombiens ont souffert ce mardi, c'est aussi parce que les Blue Samouraï les ont pris à la gorge, au point de dominer ce match. Le Japon s'est imposé et c'est assez logique.

La première offensive japonaise a porté un coup très dur à la Colombie. L'égalisation colombienne ne les a pas empêché de continuer sur leur lancée. Et après plusieurs tirs non cadrés, la tête de Yuya Osako sur corner (73e) a enfin fait mouche. Avec plus d'adresse, le Japon aurait fait encore plus mal à la Colombie. Ce n'est pas du football-champagne, mais ce jeu simple et appliqué a suffi à faire déjouer l'adversité. On attend impatiemment le prochain match de ces Japonais qui ont pris un excellent départ.

Une défense colombienne aux abois

L'expulsion du milieu défensif Carlos Sanchez ne suffit pas à masquer les insuffisances de la Colombie dans le secteur défensif. Pourtant réputés, les centraux Davinson Sanchez et Oscar Murillo ont eu beaucoup de mal à contenir les attaques japonaises. David Ospina a dû sortir plusieurs parades pour préserver un temps sa cage. Et c'est sur corner que la Colombie a encaissé le deuxième but, Osako trouvant le moyen de dominer les colosses sud-américains dans les airs. José Pekerman va devoir faire travailler ces hommes dans ce domaine, ou la Colombie risque de souffrir encore face aux Polonais et face aux Sénégalais.

N.B