RMC Sport

Impitoyable Allemagne

Klose et Podolski

Klose et Podolski - -

En balayant l’Argentine (4-0), l’Allemagne rejoint pour la neuvième fois de son histoire les demi-finales de la Coupe du monde. Un véritable affront pour Lionel Messi et Diego Maradona.

L’Allemagne ne changera jamais. En humiliant l’Argentine 4-0 hier au Green Point Stadium, l’équipe de Joachim Low s’est offert sa neuvième demi-finale de Coupe du monde de son histoire, la troisième consécutive. Lionel Messi peut rentrer aux vestiaires en pleurs et Maradona consoler tous ses joueurs un par un, les partenaires de Miroslav Klose, auteur d’un doublé, ont survolé les débats. Comme en 2006, l’Allemagne stoppe l’Argentine au stade des quarts de finale. Mais alors qu’elle avait peiné chez elle il y a quatre ans (1-1, 4 t.a.b. à 2), la Nationalmannschaft a cette fois-ci broyé les pauvres Argentins, réduits au rôle de simples faire-valoir.
Il s’agissait pourtant d’une affiche de légende. Mieux, d’un classique entre deux formations qui ne s’aiment pas. Avec Mick Jagger et Leonardo Di Caprio dans les tribunes, on espérait même de la magie hollywoodienne sur la pelouse du Green Point Stadium. C’était sous-estimer la puissance de feu de l’équipe allemande. Car, c’est simple, il n’y a pas eu de match.
On joue la 3e minute : sur un centre de Schweinsteiger, Müller vient placer une tête vicieuse qui trompe Romero, pas irréprochable sur ce coup-là (1-0). L’attaquant du Bayern, déjà auteur de trois passes décisives, inscrit son quatrième but depuis le début de la compétition. Pas le moins important.
Cueillie à froid, l’Argentine accuse le coup. Ce but aurait pu débrider la partie. Au contraire, il crispe les Argentins. Ce n’est pas qu’on s’ennuie, mais les partenaires de Lionel Messi, peu en vue, peinent à s’approcher des buts de Neuer. Il faut attendre la 22e minute pour voir une belle combinaison entre la star du Barça et Tevez, mais le portier allemand s’interpose. Bien en place, la Nationalmannschaft se montre bien plus menaçante grâce à Müller, encore lui. Un pointu (22e) puis une frappe non cadrée après un long rush de Lahm (43e), inquiètent l’équipe de Maradona. Seul ombre au tableau pour la révélation de ce Mondial, un carton jaune qui le privera de la demi-finale…

Klose rejoint Gerd Muller

Au retour des vestiaires, l’équipe argentine revient avec d’autres intentions. Di Maria lance une première banderille (74e). Carlos Tevez (62e) puis Higuain, bien servi par Messi (63e), font augmenter la température au Cap. Bouillant, Maradona ? Il sera vite refroidi. Son bourreau s’appelle Miroslav Klose. Auteur d’un doublé (67e, 88e), l’avant-centre allemand inscrit ses 13e et 14e but en phase finale de Coupe du monde pour sa 100e sélection. Il rejoint au palmarès de l’épreuve son illustre prédécesseur, Gerd Müller. L’attaquant du Bayern n’est plus qu’à une unité du record de Ronaldo (15 buts en 1998, 2002 et 2006). Et alors qu’on attendait un slalom de Messi, c’est finalement Schweinsteiger qui enfile le costume d’artiste. Le Bavarois se balade au milieu d’Argentins médusés pour offrir sur un plateau le troisième but à Friedrich (74e). La sélection albiceleste est KO debout. Elle ne se relèvera jamais.

dossier :

Lionel Messi

AB