RMC Sport

L’Egypte de Salah sera-t-elle la belle surprise de la Coupe du monde ?

Mohamed Salah face au Burkina Faso lors de la CAN 2017

Mohamed Salah face au Burkina Faso lors de la CAN 2017 - AFP

L’Egypte, dominatrice en Afrique dans les années 2000, va disputer sa troisième Coupe du monde cet été (14 juin-15 juillet). Avec Mohamed Salah, qui affole les compteurs cette saison avec Liverpool et un groupe à leur portée, les Pharaons seront à surveiller.

Une première en 2018 ? L’Egypte n’a encore jamais gagné un match de Coupe du monde, en deux participations (1934, 1990). Pourtant, les Pharaons ont dominé l’Afrique pendant de longues années, en remportant trois coupes d'Afrique des Nations consécutivement (2006, 2008, 2010). Après avoir disparu du continent en ratant la qualification pour la CAN (2012, 2013, 2015), l’Egypte revient sur le devant de la scène continentale en 2017, terminant finaliste.

Salah, la grande star 

Avec 43 buts inscrits et 13 passes décisives en 47 matches avec Liverpool, Mohamed Salah s’impose comme l’un des meilleurs joueurs de la planète du moment, avec Cristiano Ronaldo et Lionel Messi. En nombre de buts, c’est un de plus que le Portugais et trois de plus que l'Argentin. Mardi, en Ligue des champions, l’Egyptien a démontré de nouveau qu’il pouvait porter son équipe en inscrivant deux buts et deux passes décisives face à la Roma. Des statistiques et une présence dans les grands matchs qui vont lui permettre de postuler au Ballon d’Or 2018 si la fin de saison est aussi florissante.

A lire > Un talent fou, des stats hallucinantes: Salah va-t-il aller chercher le Ballon d'or ?

Elneny pour épauler Salah

S’il réussit au sein du collectif de Liverpool, la question est de savoir si Salah va pouvoir porter l’Egypte à la Coupe du monde, avec des joueurs bien moins expérimentés qui vont l’entourer. Les Pharaons compte déjà un forfait de taille avec le gardien Ahmed El-Shenawy (Zamalek, 29 sel.). Le gardien pourrait donc être Essam El-Hadary, âgé de 45 ans (Al Taawoun, KSA, 156 sel.).

Au sein de cette équipe, il y a peu de joueurs évoluant dans de grands championnats. Dans les 28 convoqués pour les matchs amicaux du mois de mars, seuls cinq joueurs évoluaient dans l’un des cinq grands championnats, tous en Premier League. On retrouve ainsi les défenseurs Ahmed Hegazi (West Bromwich, 43 sel., 1 but) et Ali Gabr (West Bromwich, 20 sel, 1 but) ; le milieu de terrain Mohamed Elneny (Arsenal, 60 sel, 5 buts), l’ailier Ramadan Sobhi (Stoke, 21 sel, 1 but) et le buteur phare Mohamed Salah (Liverpool, 57 sel, 33 buts). Elneny s’est blessé dimanche avec Arsenal. Sorti sur civière, il sera finalement absent pour trois semaines et sera rétabli pour le Mondial. Mais dans quelle condition physique ?

Tous les autres joueurs évoluent soit au pays (neuf), soit en Arabie saoudite (cinq). On en retrouve également en Turquie, au Portugal, en Grèce, en Finlande, en MLS ou dans les divisions inférieures anglaises.

Première de son groupe de qualifs

Les qualifications pour la Coupe du monde en Russie ont commencé en octobre 2016. L’Egypte a terminé première de son groupe avec 13 points, devançant la surprenante équipe d’Ouganda, le Ghana et le Congo. Les Pharaons se sont imposés à quatre reprises, s’inclinant une fois contre l’Ouganda et faisant match nul contre le Ghana alors qu’ils étaient déjà qualifiés.

Si l’Egypte est parvenue à se qualifier, c’est grâce à Mohamed Salah, auteur de cinq buts et meilleur buteur de son groupe. A chaque fois que Salah a marqué, l’Egypte s’est imposée sur des petits scores (2-1 contre le Congo, 1-0 contre l’Ouganda, 2-1 contre le Congo et 2-0 contre le Ghana).

Faites-vos pronostics pour le Mondial 2018 !

Des adversaires à la portée des Pharaons à la Coupe du monde

En décembre dernier, lors du tirage au sort de la Coupe du monde, l’Egypte est plutôt bien tombée en prenant l’Uruguay de Cavani et de Suarez, la Russie et l’Arabie saoudite. Si au niveau du collectif, l’Uruguay semble être bien supérieure, la Russie et l’Arabie saoudite, dont les derniers résultats ne sont pas flamboyants, sont à la portée des Pharaons. Ils restent sur des matchs amicaux prometteurs, dont une défaite 2-1 contre le Portugal avec un but de Salah et un doublé de Ronaldo dans les arrêts de jeu.

En cas de qualification, l’Egypte pourrait jouer en huitièmes de finale un pays issu du groupe B, certainement l’Espagne ou le Portugal. L'Egypte face au champion d'Europe 2016, cela nous offrirait un joli duel entre Mohamed Salah et Cristiano Ronaldo.

A lire > Que vaut le Portugal deux ans après son sacre européen ?

R.T.