RMC Sport

Suède: Zlatan s’en prend à une légende du sport suédois

Zlatan Ibrahimovic a défendu les raisons de son retour en sélection et s’en est pris à une légende du sport suédois qui avait critiqué son comportement il y a plusieurs mois dans une interview.

Zlatan Ibrahimovic est assez rancunier. Il a de la mémoire aussi. Au moment de faire le bilan de son retour avec la sélection suédoise après quatre ans et demi d’absence, l’attaquant de l’AC Milan s’en est pris à Börje Salming, ancien joueur légendaire du hockey sur glace suédois (70 ans) présent au hall of fame de la discipline depuis 1996. Le tort de ce dernier? Avoir critiqué les gestes et les manières autoritaires du joueur auprès de ses coéquipiers, dans une interview datant… d’il y a un an.

"Je suis plus mature dans mon jeu et en ce qui concerne ma façon d'être, a déclaré Zlatan dimanche soir. Les gens épient mes gestes, regardent si j'applaudis. Dès que vous faites un geste en Suède, cela est perçu comme quelque chose de négatif. En Italie, c'est complètement différent. Ce n'est pas parce que vous faites un geste que vous êtes négatif. C'est ma façon d'être positif. J'ai entendu Salming ouvrir la bouche et dire quelque chose à propos des gestes sur le terrain. Mais si vous ne connaissez pas la personne, n'ouvrez pas la bouche."

Zlatan a justifié les raisons de son retour en sélection et défendu son apport auprès du groupe. "Je suis dans une approche différente maintenant, poursuit-il. Je n'ai plus rien à prouver, je n’ai rien d’autre à faire dans ma carrière que de profiter. J'ai 39 ans et je joue en équipe nationale et à Milan. Peu de gens à cet âge font cela."

"Je ne suis pas ici à des fins personnelles"

S’il n’a pas marqué lors des deux matchs de la Suède pour les qualifications à la Coupe du monde 2022, Zlatan Ibrahimovic a délivré trois passes décisives, une face à la Géorgie et deux contre le Kosovo.

"J'ai mon record (de buts en équipe nationale, 62 en 118 sélections, ndlr) et j'ai marqué quelques buts dans la vie, a-t-il rappelé. Si je peux aider (Alexander) Isak à marquer des buts, je le ferai. Je ne suis pas ici à des fins personnelles. Je suis ici pour aider Janne (Andersson, le sélectionneur) et montrer le chemin. C’est clair que je suis une personne complètement différente. Dans la communication, avec Janne, sur la philosophie qu’il défend. Il veut cette approche, alors je lui donne cette approche."

NC