RMC Sport

Uruguay-France: Cavani, l'arbitre et "Les Mousquetaires" dans la presse uruguayenne ce jeudi

A la veille de France-Uruguay en quart de finale de la Coupe du monde, la presse uruguayenne se consacre ce jeudi à la santé de Cavani, à son remplaçant Cristhian Stuani, ou encore à l'arbitre Nestor Pitana...

"Nous avons la foi". En Uruguay, le journal La Republica titre ainsi sa Une avec une photo de Cristhian Stuani à la veille du quart de finale de la Coupe du monde France-Uruguay. Avant de mettre en avant l’un des matches dans le match: le duel entre N’Golo Kanté et Lucas Torreira. Cet affrontement est appelé le combat des petits géants. Kanté est le "moteur" de la sélection française, tandis que El Observador présente "Les Mousquetaires" avec Varane, Umtiti, Kanté, Pogba, Griezmann et Mbappé.

"Attaquons-les", réclame El Observador dans son cahier foot. Le média pense que la faiblesse française se situe dans la charnière constituée de Raphaël Varane et Samuel Umtiti. L’absence de Blaise Matuidi est également disséquée. "Qui pour le remplacer?", analyse El Pais, qui offre des posters géants pour quelques pesos de plus.

-
- © -

"Cavani perd son match"

Le processus de guérison d’Edinson Cavani est également passé au peigne fin. Le journal dément les "pressions" du PSG pour que l’attaquant ne soit pas sur le terrain. "Cavani perd son match", titre même El Pais en une de son cahier sport, qui indique que Stuani sera son remplaçant, et note deux différences par rapport à El Matador: Stuani est moins bon devant le but malgré ses 21 réalisations en Espagne cette année, et son pressing couvre une moins grande zone que le joueur parisien. "Une vie dans l’ombre" pour lui, comme le résume le journal numéro 1 de l’Uruguay qui raconte ses grands moments avec le maillot de la Celeste.

-
- © -

Une page sur Griezmann

Sans oublier, la page quotidienne sur Antoine Griezmann, raconté par les Uruguayens qui ont jalonné sa carrière. Jorge Fossatti, l’ancien DTN uruguayen, analyse pour El Observdaor les différences entre la France et l’Uruguay. Il voit les "bonnes individualités tricolores mais pas de travail collectif."

Enfin, El Pais écrit sur Nestor Pitana l’arbitre argentin du match. Le quotidien comprend que l’on puisse être surpris qu’un Argentin soit au sifflet mais ajoute que ses capacités ne sont pas mises en cause. C’est plutôt son bilan lorsqu’il gère l’Uruguay qui interpelle. Quatre matches, trois nuls, et une défaite pour la Celeste. Superstitieux, les Uruguayens?

Morgan Maury (en Uruguay)