RMC Sport

En videos : Messi face au Real et les plus beaux penalties du 21e siècle

Diego Lopez battu par Messi

Diego Lopez battu par Messi - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le dernier triple de Lionel Messi face au Real doit beaucoup à sa capacité à tirer les penalties. L’occasion d’un retour, en vidéos, sur les plus beaux exploits, « en solitaire » des 15 dernières années.

Zidane contre l'Italie (finale de Coupe du monde 2006)

Parfois, il faut simplement se rendre à l’évidence. Une panenka en finale de Coupe du monde, tout le monde ne peut pas le faire. Ajoutez à cela que le gardien en face de vous n’est autre que Gianluigi Buffon, juste le meilleur de la planète à l’époque, et l’envie de tenter la chose disparaît soudain. L’oser est donc déjà un exploit, la réussir, un moment d’histoire, même avec l’aide de la transversale. Le coup de bol avant le coup de boule.

Pirlo contre l'Angleterre (Euro 2012)

Si la panenka de Panenka fut la plus inattendue (forcément), celle de Zidane la plus osée, la panenka d’Andrea Pirlo lors de l’Euro 2012 est sans doute la plus intelligente. Comprenez qu’ici la puissance de l’acte dépasse la technicité du geste. Quart de finale, Anglais et Italiens terminent la prolongation à 0-0 et laisse le sort du match aux « esprits » des tirs au but. Balotelli commence et trompe Joe Hart, portier des Three Lions et son coéquipier de l’époque à Manchester City. Steven Gerrard lui répond. C’est fort, dans le petit filet. Imparable. C’est Steven Gerrard quoi. Au tour de Montolivo qui rate. Wayne Rooney n’en demandait pas tant et trompe encore Buffon. De retour sur la ligne, Hart ne tient plus en place. Un peu fou, l’Anglais en fait des tonnes, bouge dans tous les sens et terrorise les futurs tireurs italiens. Alors Pirlo, dont c’est le tour, a une idée. Cette confiance entre les gants adverses doit disparaître. Seul moyen, l’humiliation d’une panenka, parfaitement réussie, qui, d’un coup d’un seul, calme Hart. La suite sera italienne, Ashley Young tape la barre et Buffon arrête le tir d’Ashley Cole. La Squadra gagne le match. Mais ça Pirlo le savait déjà.

Joonas Jokinen, le penalty salto

Comment faire pour devenir une star lorsqu’on n’a pas forcément ce qu’il faut dans les crampons pour jouer au plus haut niveau ? La réponse est simple, il faut faire confiance à YouTube. Une astuce qu‘on pourrait rebaptiser « méthode Joonas Jokinen », tant son jeune auteur s’en est admirablement servi. On prend son élan, on claque un salto, on tire en même temps. Et à nous la célébrité. Pour info, le Finlandais de 18 ans n’a toujours pas percé.

Dhiab Awana (EAU contre le Liban)

Autre histoire de penalty improbable, mais qui, cette fois-ci, finit très mal. Celle de Dhiab Awana, jeune international émiratis de 21 ans, instantanément devenu star de la toile grâce à son penalty-talonnade, infligé au Liban en amical le 17 juin 2011. Le geste est génial, le but valable, mais l’invention pas du goût de la fédération des Emirats Arabes Unis, ni du sélectionneur national qui avait alors parlé de « manque de respect ». Menacé d’exclusion de l’équipe, Awana avait même dû présenter ses excuses pour être réintégré. Tout aurait donc pu bien se terminer sans cet accident de la route qui lui ôta la vie trois mois après son exploit.

Stijn Schaars, (amical Pays Bas-Uruguay)

Juin 2011, les Pays-Bas s’inclinent en amical face à L’Uruguay 4-3 aux tirs au but (1-1 après prolongations) au terme d’un match pauvre en enseignements. Sinon qu’on peut toujours faire confiance à Stijn Schaars pour envoyer un caramel dans la lucarne.

Djibril Cissé vise la lucarne

Autre nettoyeur de lunette, Djibril Cissé, qui, sous le maillot du Panathinaikos ne fut pas loin de percer les filets. Pas étonnent que le Bastiais soit toujours une légende en Grèce.

Cristiano Ronaldo contre l'Angleterre (1/4, Coupe du monde 2006)

Des penalties, Cristiano Ronaldo en a tirés quelques-uns. Mais celui-ci a marqué les esprits. D’abord parce qu’il participe à éliminer l’Angleterre en quart de finale de la Coupe du monde 2006, ensuite parce que CR7 joue à l’époque… en Angleterre. Alors que son tour arrive, l’attaquant de Manchester United s’avance, le buste droit et les yeux grands ouverts, pour regarder tranquillement Paul Robinson. Une dizaine de pas d’élan, quelques ralentissements, quelques imperceptibles accélérations, un gardien qui plonge une demi-heure avant et voilà le Portugais qui balance un cachou de l’autre côté. Bref, Cristiano Ronaldo s’offre un geste magnifique, que même sa coupe de cheveux de l’époque ne saurait venir gâcher.

Totti contre les Pays-Bas (1/2 finale Euro 2000)

Inoxydable, élégant, génial et joueur tellement amoureux de sa Roma qu’il ne voulut jamais s’en séparer, Francesco Totti est d’à peu près tous les classements. Il suffit pour s’en convaincre, de voir avec quelle nonchalance il trompe Van der Saar en demi-finale de l’Euro 2000. Ou comment marquer de son empreinte un match auquel on ne participe que depuis la 83e minute. Classe.

Xabi Alonso contre l'Argentine (amical 2010)

Elégance toujours, voilà Xabi Alonso, milieu de terrain du Real Madrid et la sélection espagnole. En amical face à l’Argentine avant la Coupe du monde 2010, l’ancien de Liverpool se paye un doublé, dont un second but grâce à ce parfait penalty. L’Argentine avait marqué une fois, par Messi, lui aussi sur penalty. Et ça c’est que du bonus pour un Madrilène.

Ezequiel Calvente, le plus fou de tous

Ezequiel Calvente n’est toujours pas connu. Pourtant, mince, il a essayé. 27 buts en 77 matches en carrière, déjà quatre maillots portés (Betis, Sabadell, Fribourg et actuellement au Recreativo) à 23 ans et surtout, surtout, ce fantastique tir du point de penalty réalisé lors d’un match du championnat d’Europe des U19 en 2010 face à L’Italie (victoire 3-0 de l’Espagne). Pourquoi fantastique ? Parce que le tir est réalisé, à la suite de la course d’élan, par la jambe d’appui. Halluciné, le portier italien découvre le ballon au fond de ses filets avec l’air de ne pas savoir que oui, on a le droit de faire ça.

A lire aussi : 
>> Les notes du Clasico >> En vidéos : Benzema, le filant devenu étoile >> Les chiffres fous de Messi

dossier :

Lionel Messi

Raphaël Cosimano