RMC Sport

Angleterre-France: l'émotion était intense à Wembley

L’avant-match d’Angleterre-France, ce mardi soir, a été marqué par l’hommage rendu aux victimes des attentats de Paris. Un moment d’intense émotion, marqué par une Marseillaise reprise par tout Wembley.

Le monde du football, et sans doute bien au-delà, n’oubliera jamais l’avant-match de cet Angleterre-France. Quatre jours après les attentats qui ont frappé Paris et Saint-Denis, le public de Wembley a rendu un vibrant hommage aux victimes ce mardi soir. Dans une enceinte londonienne redécorée spécialement en bleu-blanc-rouge, les spectateurs, anglais et français, se sont mis à l’unisson pour offrir un moment d’intense émotion.

Après un protocole durant lequel le Prince William, Roy Hodgson et Didier Deschamps ont chacun déposé une gerbe de fleurs sur la pelouse, accompagnés de David Cameron, Patrick Kanner ou encore Noël Le Graët, le moment le plus intense fut celui des hymnes. Exceptionnellement, le protocole avait été inversé et l’hymne du pays hôte a été joué en premier. Après « God Save The Queen », tout le public de Wembley a donc chanté une Marseillaise dont les paroles étaient diffusées sur les écrans géants et qui restera comme l’une des plus belles et « frissonnantes » jamais entonnée.

Kanner : « Le Prince William et David Cameron avaient révisé les paroles »

« L'avant-match a été extraordinaire, déclarera après la rencontre Patrick Kanner, Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports. J'ai discuté avec le Prince William et David Cameron qui avaient révisé les paroles de la Marseillaise dans la voiture qui les menait au stade. Il y a beaucoup d'émotion. On a montré que la France est debout, qu'elle ne courbe pas l'échine. Jouer ce match montre que la vie continue, même si on reste très meurtri par tout ce qui s'est passé vendredi soir. »

Les deux équipes réunies pour la minute de silence

Serrés les uns contre les autres, les joueurs de l’équipe de France (titulaires et remplaçants) ont vécu cette hymne avec émotion, à l’image de Paul Pogba, les yeux fermés, ou encore Lassana Diarra, qui a perdu l’une de ses cousines lors des attentats, tête baissé et regard perdu. Les deux équipes se sont ensuite réunies autour du rond central pour observer une minute de silence parfaitement respectée, comme toujours en Angleterre. Ce mardi soir, l’historique rivalité franco-anglaise était bien loin. L’Angleterre était la France. Wembley était la France. Wembley était Paris. Tout le monde était Paris.

AA avec JS